Déjà lu ?

Donnez votre avis

Recommandez ce produit

Liste

Cet ouvrage n'a pas encore été noté

Donnez votre avis

Ayant échappé à un guet-apens qui l'a laissé demi-mort dans un fossé durant l'été 1569, le marquis de Saint-Cendre entreprend de reconstituer une troupe de soudards pour regagner sa fortune mise à mal par des conflits religieux où sa violence lui a valu force succès et cuisantes défaites. Terreur des hommes qui fascine les femmes, celui qui «comme le soleil, brûle tout ce qu'il touche» veut s'emparer du château de la Haute-Ganne qui abrite un trésor et sa propre épouse dont on veut à toute force l'éloigner. Prêt à toutes les manigances et les pires violences, Saint-Cendre se lance à l'assaut. Dans cette époque de folie, de furie mais aussi de raffinement, cet astre noir brille de sa puissance sans pitié : gloire de l'or, des armes au prix de l'amour... Maurice Maindron (1857-1911) aurait mérité de passer à la postérité pour deux raisons : c'est d'abord un entomologiste d'importance à qui on doit un important travail de vulgarisation mais qui ne put comme il en rêvait entrer au Muséum d'Histoire Naturelle. Déçu dans ses ambitions, il se tourne vers la littérature où il va exceller en publiant une série de romans historiques dans lesquels ce passionné d'armurerie déploie une remarquable science de l'écriture et de l'histoire, et une érudition hors norme : Le Tournoi de Vauplassans (1895) puis Saint-Cendre (1898) avec sa suite Monsieur de Clérambon (1904), Blancador l'Avantageux (1901), Le Carquois (1907).


Biographie

Maurice Maindron - Mort en 1911, Maurice Maindron fait partie de ces auteurs qui méritent de sortir de l'oubli. Gendre de José-Maria de Heredia, beau-frère de Pierre Louÿs et d'Henri de Régnier, il a côtoyé toutes les gloires littéraires de son temps. Avouant une même passion pour la littérature et les sciences, certains verront en lui " le dernier représentant de la lignée des encyclopédistes ". Voyageur et entomologiste, animé d'une curiosité insatiable, il parcourt le Sud-Est asiatique qui lui inspire de nombreux récits, études et romans. Mais c'est dans le roman historique qu'il s'affirmera plus lard, signant entre autres Le Tournoi de Vauplassans, Saint-Cendre, Ce bon M. de Véragues, M. de Clérambau, Blancador l'avantageux... La critique l'a comparé à Alexandre Dumas père, précisant " qu'il était doué de plus de recherche et de vérité ".

empty