sur l'oisivete et autres essais en francais moderne sur l'oisivete et autres essais en francais moderne
sur l'oisivete et autres essais en francais moderne
sur l'oisivete et autres essais en francais moderne

sur l'oisivete et autres essais en francais moderne

À propos

¬ęDerni√®rement je me retirai chez moi, d√©cid√© autant que je le pourrais √† ne pas me m√™ler d'autre chose que de passer en repos, en m'isolant, ce peu qui me restait de vie : il me semblait que je ne pouvais faire √† mon esprit une plus grande faveur que de le laisser en pleine oisivet√© s'entretenir avec lui-m√™me : j'esp√©rais qu'il pouvait d√©sormais le faire plus ais√©ment, devenu avec le temps plus pond√©r√©, plus m√Ľr aussi.¬Ľ Une invitation √† exercer notre libert√© de penser et √† prendre le chemin d'une vie plus sage et plus sereine.

Rayons : Sciences humaines & sociales > Philosophie > Philosophie généralités > Essais / Réflexions / Ecrits sur la philosophie

  • EAN

    9782070465279

  • Disponibilit√©

    Disponible

  • Nombre de pages

    128 Pages

  • Longueur

    17.5 cm

  • Largeur

    11 cm

  • √Čpaisseur

    0.8 cm

  • Poids

    84 g

  • Support principal

    Poche

Infos suppl√©mentaires : Broch√©  

Michel de Montaigne

N√© dans une famille de n√©gociants anoblis, au ch√Ęteau de Montaigne en P√©rigord, Michel Eyquem re√ßoit une √©ducation inspir√©e des id√©es de la Renaissance, apprenant le latin comme langue maternelle. Il est pensionnaire au Coll√®ge de Guyenne √† Bordeaux et suit des cours de Droit √† Toulouse.
En 1554, il devient conseiller √† la Cour des Aides de P√©rigueux, puis au Parlement de Bordeaux et rencontre Etienne de la Bo√©tie. En 1571, il se retire dans son ch√Ęteau pour consacrer le reste de son existnce "√† sa libert√©, √† sa tranquillit√©, √† son loisir". Il entreprend alors un long voyage, de Paris en Italie, dont il existe un "Journal". De 1581 √† 1585, il devient maire de Bordeaux et se r√©v√®le un habile diplomate. Il continue √† enrichir les livres I et II des Essais et les augmentent d'une troisi√®me partie. Il meurt sans avoir termin√© la r√©√©dition de son oeuvre.
Pour Montaigne plus que tout autre, la culture humaniste fut un style de vie. En revivant les le√ßons des lettres antiques, il leur a ajout√© l'enseignement de sa propre exp√©rience, de son regard lucide sur un monde en train de changer. La vraie sagesse, selon lui, se reconna√ģt √† la mesure qu'elle garde en toute chose. Montaigne l'a totalement s√©par√©e de la religion. Elle n'a pas l'ambition de rendre les hommes parfaitement raisonnales: elle se contente de mod√©rer leurs passions.
En se prenant pour th√®me de son √©tude, Montaigne apprend √† se conna√ģtre. Il ouvre la voie √† l'humanisme moderne en cherchant √† promouvoir un ordre des choses o√Ļ seraient garanties la s√©curit√©, la libert√© et la dignit√© de l'homme.

empty