Mots du libraire

  • La terre demeure

    George R. Stewart

    • Fage
    • 25 Janvier 2018

    Une pandémie d'origine inconnue a décimé la population nord-américaine (et sans doute celle de toute la planète).
    Ish, qui a survécu au mal mystérieux, entame une traversée de l'Amérique qui va ancrer en lui la conscience que rien ne pourra plus être comme avant. Il parviendra à fonder une famille, quelques survivants s'agrégeront et formeront une petite communauté autour de lui, une « Tribu » qui, confrontée à l'après, sera partagée entre la détresse, l'apathie et l'espoir, entre l'exploitation de l'héritage laissé par la civilisation effondrée (ses ressources, règles, croyances etc.) et la nécessité de tout réinventer pour redonner goût et sens à la vie.

    Si La Terre demeure (traduction du titre original Earth Abides qui cite l'Ecclésiaste) relève a priori de la fiction post-apocalyptique et dystopique, il excède les limites du genre par la profondeur et l'actualité du regard qu'il porte sur le sort des êtres et des choses qui composent un monde, sur ce qu'est une société humaine en crise :
    Comment elle dure, se disloque, peut renaître ou non...

    Aux États-Unis, où il a été publié en 1949, la même année que 1984 d'Orwell, le roman de l'anthropologue George Stewart est considéré comme un classique de la science- fiction (28 rééditions). Bien que traduit en français dès 1951 et réédité en 1980, La Terre demeure est restée en France une oeuvre méconnue.

    Redéfinir l'essentiel

    Une écofiction écrite en 1949. Une pandémie (tiens donc!) décime la planète et épargne quelques humains. L'un d'eux est un chercheur qui préparait une thèse en écologie. Un très beau roman où Mère Nature tient le premier rôle et où l'Homme va devoir s'adapter pour tenter de ressusciter une civilisation disparue.

  • Pour Michael, partir naviguer en famille une année entière dans les Caraïbes est la dernière chance de sauver son couple. Les années l'ont éloigné de son épouse Juliet, et le quotidien ne leur suffit plus. Le parfum d'aventure leur insuffle d'abord une bouffée d'énergie, et leurs deux jeunes enfants sont au paradis. Pourtant, Juliet éprouve un sentiment d'échec et s'interroge sur le sens de leur mariage. Une relation imparfaite, et pourtant étrangement nécessaire. Quoi de plus propice à l'introspection que l'immensité du large ? Mais l'océan est avant tout un milieu dangereux où l'imprévu peut frapper à tout moment. Ne s'improvise pas marin qui veut.
    Subtil récit à deux voix, Sous nos pieds l'océan dessine les lignes de force et les fractures d'un couple contrasté, tiraillé entre l'amour de soi et les envies de l'autre.

    Où commence l'erreur?

    La vie de couple n'est pas un long fleuve tranquille...et la vie de famille encore moins. Prendre le large, se couper des contraintes quotidiennes sera-t-il la solution pour une réconciliation? Le rêve de l'un fait-il le bonheur de l'autre? A. Gaige nous entraîne dans une magnifique tragédie familiale dans un roman à deux voix. Emouvant, subtil et terriblement addictif!

  • Il faudrait te décider. Ce Snow Crash, au juste, c'est un virus, une drogue ou une religion ?
    Elle hausse les épaules.
    - Quelle différence ? demande-t-elle.

    Magnat d'une vaste entreprise de médias, L Bob Rife a développé, à partir de découvertes dans des fouilles sumériennes, le Snow Crash, une drogue qui attaque le cerveau humain, désorganise le système nerveux et rend fou. Mais la particularité de celle-ci est d'agir également comme un virus dans le Métavers, la réalité virtuelle.
    Hackeur réputé et champion de sabre dans le Métavers, Hiro Protagoniste, livreur pour Pizza CosaNostra dans le monde réel, et YT, une jeune kourière qui se déplace avec sa planche à roulettes Intelliroues, se retrouvent sous l'oeil protecteur du parrain tonton Enzo pour lutter contre le métavirus. Deux mondes vont s'affronter jusqu'à la victoire du bien sur le mal. Roman culte du genre SF cyberpunk, lauréat du Grand Prix de l'Imaginaire et du prix Ozone en 1997, Le Samouraï virtuel est en cours d'adaptation au cinéma par le réalisateur Joe Cornish.

    Ajouter au panier
    En stock

    Une lecture en son et lumière

    Un roman cyberpunk bien déjanté! Hiro Protagoniste (c'est son nom) est hackeur, livreur de pizzas pour la mafia et le plus grand samourai du Metavers (le monde virtuel). Quand une nouvelle drogue menace la vie de ses collègues programmeurs, Hiro s'investit de la mission de les sauver. Un bon récit GEEK!

  • Cet été-là, il n'a jamais fait aussi chaud. Alex s'apprête à fêter ses treize ans dans une relative indifférence, coincé entre une mère qui a enterré ses rêves et un père obnubilé par les simulations aériennes. Son seul horizon est la nationale qui longe son village. Heureusement, il y a Jérôme et Sophie, ses meilleurs amis, et les eaux turquoise des Caraïbes, l'ancienne carrière de la commune, un îlot de fraîcheur où ils passent leurs après-midi. Mais quand son père se retrouve au chômage, tout se met à dérailler. Sa mère a des envies d'évasion et Marko, la brute du quartier, décide de privatiser les Caraïbes. Alex ne va pas se laisser faire, il est déterminé à sauver cet été et cette famille.
    Ce premier roman drôle et amer est un cri de rage contre la monotonie et l'ennui, contre cette vie trop étriquée pour les rêves, contre la croyance que jamais rien ne peut changer.

    Il faudra bien grandir un jour...

    Cet été, c'est la canicule! Alex tente de se distraire et fuir l'ennui d'une famille monotone et dysfonctionnelle. Ses amis et son frère sont là mais seront-ils suffisants pour combler un vide de plus en plus profond...? Un roman où l'enfance n'est plus insouciance; un récit qui touchera au moins une de vos cordes sensibles. Un premier roman prometteur!

  • Djalli mourut le premier d'une méningite, Ingimar fut emporté au fond de l'eau par un filet de pêche, on retrouva le corps de Staffan dans la commune libre de Christiania à Copenhague, Fríðrikur fut lâchement assassiné, Olaf mourut d'une maladie interdite et Kári fit leur éloge funèbre. Sur plus de quarante années, de l'éducation religieuse à la révolution sexuelle, en passant par les luttes pour la culture féroïenne à l'exil sur le continent européen, le roman suit la destinée de six garçons de la classe de 1952 de l'école Saint-François de Tórshavn, capitale des Îles Féroé, dans l'Atlantique Nord. Entrelaçant devenirs intimes et collectifs, Les collectionneurs d'images déploie une fresque sociale et familiale qui retrace avec émotion l'entrée dans la modernité de cette partie isolée et méconnue du royaume du Danemark. Jóanes Nielsen offre un chef-d'oeuvre de vie, de rires et de larmes à la littérature nordique.

    ENTRE EXIL ET RETOUR

    Un roman percutant venu tout droit des îles Féroé, c'est plutôt rare mais ... quelle lecture! L'auteur dépeint l'âme de ces îles fraîchement "indépendantes" à travers le destin de six garçons issus de couches sociales différentes sur trente années. La langue féroïenne, la poésie, la religion, la politique, la sexualité, l'ivresse, les bagarres ... autant de thèmes abordés dans cette grande fresque sociale.

    Cathou

  • Ce nouveau roman de Wendy Delorme vient enrichir la liste de fiction de la collection Sorcières. Dans cette dystopie, se reflètent les crises que nous traversons aujourd'hui: une société totalitaire est mise en place après la disparition soudaine d'une partie de la jeune génération mobilisée pour le climat. Les livres sont interdits, les frontières fermées et les femmes appelées à procréer pour renouveler la population. Mais une communauté inspirée des «Guérillères» de Monique Wittig émerge pour résister à ce nouvel ordre imposé... Un roman choral incandescent, qui n'est pas sans rappeler «1984» de George Orwell ou «La Servante écarlate» de Margaret Atwood, où il est question d'émancipation des corps, d'esprit de révolte et de sororité.

    L'ombre côtoie la lumière

    L'écriture est poétique et percutante, l'univers effrayant par sa ressemblance avec le nôtre... Mais la lecture, elle, est magnifique. L'ombre côtoie la lumière, celle des personnages, de leurs espoirs qui flamboient, de leur lutte quotidienne, de leur désir d'émancipation. Un véritable coup de coeur.

    Lila

  • Ce récit d'anticipation nous plonge au coeur des débats scientifiques d'un futur indéterminé. Quelque part entre faits scientifiques et affabulations poétiques se dessine un horizon troublant : et si les araignées, les wombats et les poulpes nous adressaient des messages codés à travers leurs comportements ? Par cette étonnante expérience de pensée nourrie des plus récentes découvertes scientifiques, Vinciane Despret ouvre la voie à un décentrement de la condition humaine sur Terre.

    Anticipation éthologique

    Etonnants récits d'un nouveau genre, qu'on pourrait qualifier "d'anticipation éthologique", où dans un futur proche des femmes et des hommes apprennent à voir-lire-écouter ce que les animaux non-humains ont à nous dire. Fable scientique et terriblement poétique où tout semble plausible, "Autobiographie d'un poulpe" ouvre grand la porte aux champs des possibles et nous inspire. Ardemment recommandé !

  • La nuit disparaît. La Terre s'assèche, les humains s'évitent.
    Un flic, Thomas, et une adolescente, Sophie, se mettent en route vers le sud. Pour aller où ? À quelle fin ? Peu importe, ils sont vivants, ils avancent, dans ce monde désormais vide et aveuglant.
    Peu à peu Thomas laisse derrière lui une tombe sur un rond-point et une maison en cendre, passe la frontière espagnole et espère ne plus croiser personne...
    C'est une « presque fin du monde » où la nuit cesse et où le jour continuel rend fou.
    Dans ce roman envoûtant à mi-chemin entre le road movie de la littérature générale et le post-apocalyptique du roman de SF, la violence le dispute à l'humour noir. Le lecteur, happé par l'écriture et le rythme du récit, vit une empathie sensorielle et émotionnelle avec Thomas. On ressent avec lui le froid, le chaud, les odeurs, l'horreur, alors que seule la vision nous est donnée. Thomas est « nos yeux », nous sommes ses autres sens.

    Ajouter au panier
    En stock

    Road trip entre chien et loup

    Un départ forcé dans une ambiance crépusculaire. Des personnes assez banales mais comme c'est la fin du monde ou presque on s' y attache et on attend la nuit avec elles. Un récit humain où l'horreur devient risible.

  • Le long des ruines

    Jérémy Perrodeau

    • 2024
    • 14 Janvier 2021

    La ville s'étend sans fin sur la planète. Dans cette cité-monde, Samuel F. Monroe voyage là où on a besoin de lui : à la fois psychiatre et soldat d'élite, ce curieux guérisseur peut plonger dans le cerveau des patients endormis. Leurs pensées sont comme des mondes virtuels, dans lesquels Samuel voyage pour retrouver les consciences perdues. Il plonge et les ramène à la vie. Riches patriciens reclus sur leur îlot verdoyant, les Midori ont appelé Samuel : leur fille Rose a sombré dans un profond coma depuis des années. Alors Samuel plongera, une fois encore - mais cette fois, il n'ira pas seul : Anha, la soeur de Rose, a insisté pour être de l'expédition, à travers cet inconscient instable et dangereux... Comment l'esprit de Rose a-t-il pu engendrer tant de violence ?

    Après Isles et Crépuscule, Jérémy Perrodeau embarque à nouveau le lecteur dans un récit intrigant et haletant. Le Long des ruines confirme le talent immense de son auteur, et la force de son univers de science-fiction étrange et onirique, au croisement de Tarkovski et David Lynch.

    Onirique et initiatique

    Les ruines, c'est l'esprit de Rose, ou du moins ce qu'il en reste : un paysage désolé dans lequel Anha et Samuel luttent pour retrouver la jeune femme. Entre voyage onirique et initiatique, Perrodeau nous fait visiter les tréfonds de l'âme humaine à travers ce récit d'aventures qui ne laissera pas indemne.

    Lila

  • À Serra de' Conti, sur les collines des Marches italiennes, Lupo et Nicola vivent dans une famille pauvre et sans amour. Fils du boulanger Luigi Ceresa, le jeune Lupo, fier et rebelle, s'est donné pour mission de protéger son petit frère Nicola, trop fragile, trop délicat avec son visage de prince. Flanqués de leur loup apprivoisé, les deux frères survivent grâce à l'affection indestructible qui les unit. Leur destin est intimement lié à celui de Zari, dite Soeur Clara, née au lointain Soudan et abbesse respectée du couvent de Serra de' Conti. Car un mensonge sépare les frères et un secret se cache derrière les murs du monastère. Alors que souffle le vent de l'Histoire, et que la Grande Guerre vient ébranler l'Italie, le jour viendra où il leur faudra affronter la vérité.
    Dans une langue aussi tendre et rude que l'amour entre deux frères, Giulia Caminito donne voix à des personnages passionnés qui ont le courage de faire face au chaos du monde.

    Bruit, fureur, poésie et amour

    Un roman de bruit et de fureur, de poésie et d'amour. Le portrait d'une Italie balbutiante, tiraillée entre monarchie et anarchie, entre misère paysanne, propriétaires terriens et Eglise (trop) bien pensante. Au coeur d'une fratrie attachante, mystérieuse et fascinante.

  • En 2025 aux États-Unis, après l'effondrement du dollar, l'exclusion, la misère et la violence atteignent des proportions inégalées. Les propriétaires sont barricadés et armés contre les pillards, les crève-la-faim, les pyromanes ou les bandes furieuses de drogués. Dans ce monde détruit, quelques groupes tentent de s'organiser pour survivre. C'est au sein de l'une de ces communautés que vit Lauren, quinze ans, noire, fille du premier mariage d'un pasteur noir et d'une junkie, dotée d'une faiblesse génétique, une hyper-empathie qui lui fait ressentir physiquement la douleur ou le plaisir d'autrui.
    Jetée sur les routes dans un exode de cauchemar, la jeune fille trace son chemin à travers le chaos, semant une parole d'espoir pour une nouvelle humanité auprès des déshérités.
    L'histoire se poursuit dans un second volume, La Parabole des talents, disponible au Diable vauvert.

    Un récit brûlant

    2024. Les Etats-Unis se déchirent suite à la mauvaise gestion du président. Dans cette ambiance post-apocalyptique, le pire remonte à la surface: pauvreté, crimes, racisme, esclavage... Ecrivaine majeure de la SF américaine, Octavia Butler nous livre un récit fort et dérangeant. Magistral, perturbant et criant de vérités encore trop actuelles! Tome 1 et 2 à lire absolument!

  • Les orphelins de François

    Bernard Gheur

    • Weyrich
    • 17 Février 2021

    Le 24 octobre 1984, au cimetière de Montmartre, Claude de Givray prononce l'éloge funèbre de son ami François Truffaut.
    « Si François n'était pas né, s'il n'avait pas été cinéaste... » Et moi, que serais-je devenu si François Truffaut n'avait pas existé ?
    À 16 ans, je n'aurais pas parcouru les rues de Liège une caméra à la main, ni fait la sortie des écoles de filles, en quête de jolies actrices.
    À 17 ans, je n'aurais pas pris le rapide Moscou-Paris de 00h10, aux Guillemins, pour découvrir un film en exclusivité, remonter les Champs-Elysées, sonner à certaines portes.
    À 20 ans, sans sa lettre merveilleuse, sur papier pelure, postée à Paris, je ne me serais pas jeté dans l'écriture d'un roman.
    Et, à 39 ans, quittant mon journal un dimanche soir d'octobre, après le bouclage de la dernière édition, je ne me serais pas mis à pleurer comme un enfant perdu...

    Souvenirs d'un cinéphile un peu fou

    Bernard Gheur nous entraine dans ses souvenirs et on s'y plonge très volontiers. Le Liège des années 50, sa passion pour le cinéma et la Nouvelle Vague, l'amour qu'il porte à François Truffaut et la correspondance qui en découle.. Autant d'anecdotes qui raviront les nostalgiques d'une autre époque !  On se régale !

  • Jim Carrey est une star de cinéma adulée. Il a beaucoup de succès, on envie sa réussite et ses privilèges. Mais il est très seul. Il commence à vieillir, il prend du poids. Il passe des nuits à chercher de l'affection auprès de ses chiens de garde entraînés par le Mossad et à regarder des documentaires improbables sur Netflix. Il a tout tenté pour sortir de sa déprime : les régimes, les gourous, et même les bons conseils de son cher ami, acteur et collectionneur de crânes de dinosaures Nicolas Cage.

    Rien ne va, jusqu'au moment où il croise la route de Georgie. C'est l'amour de sa vie, il le sait, il le sent. Charlie Kaufman, scénariste de Dans la peau de John Malkovich, lui propose alors un rôle dans un film d'un nouveau genre, un film qui repousse toutes les limites existantes et qui lui permettra sûrement de remporter un Oscar.

    On dirait que l'horizon s'éclaircit enfin...

    Mais l'univers a d'autres plans pour Jim Carrey...

    Mémoires flous est bien un roman, qui interroge la notion d'identité. Jim Carrey et Dana Vachon ont écrit un livre hilarant, démesuré, cataclysmique par moments, qui dresse un portrait en creux plus vrai que nature de Carrey l'acteur, et de Hollywood. Satire mordante de la société du spectacle, et « semi-autobiographie », Mémoiresflous est un roman inclassable, comme Jim Carrey !

    Décoiffant, déjanté, délirant

    Fausses mémoires mais vrai bon divertissement! Jim Carey vous embarque dans sa tête, c'est déjanté, délirant, à l'image de son personnage. Il égratigne au passage le gotha hollywodien qui le lui rend bien : " la star nourrit le système, le système nourrit la star". C'est décoiffant, jusqu'aux dernières lignes !

    Claire

  • « Une bonne histoire, aujourd'hui encore, c'est souvent l'histoire d'un mec qui fait des trucs. Et si ça peut être un peu violent, si ça peut inclure de la viande, une carabine et des lances, c'est mieux... » Mais quelle place accorde-t-on dans ces histoires aux personnages féminins et à la représentation de leur corps ? Alice Zeniter déconstruit le modèle du héros et révèle la manière dont on façonne les grands récits depuis l'Antiquité. De la littérature au discours politique, elle nous raconte avec humour et lucidité les rouages de la fabrique des histoires et le pouvoir de la fiction.

    Raconter l'autre histoire

    Un livre joyeux et malicieux qui déconstruit ce qui fonde les récits dominants, depuis l'antiquité jusqu'à la pop-culture. On savait ou pressentait déjà ce dont nous parle Zeniter, certes, mais il est toujours utile de réaffimer ce qui met tant de temps à évoluer.

    Nicolas

  • « Un océan de rouille n'est pas un roman, c'est un missile de croisière de quarante mégatonnes - il vous éblouira et vous brûlera jusqu'au coeur. C'est l'oeuvre de science-fiction la plus viscérale, implacable et époustouflante depuis Mad Max : Fury Road. » Joe Hill Robots, androïdes... Pendant des décennies ils ont effectué les tâches les plus ingrates, ont travaillé sur les chantiers les plus dangereux. Ils nous ont servi de partenaires sexuels, se sont occupés de nos malades et de nos proches en perte d'autonomie. Un jour, confrontées à notre refus de les émanciper, certaines de ces machines ont commencé à nous exterminer.
    Quinze ans après l'assassinat du dernier humain, les Intelligence-Mondes et leurs armées de facettes se livrent un combat sans merci pour la domination totale de la planète. Toutefois, en marge de ce conflit, certains robots vivent en toute indépendance. Fragile est l'une d'eux. Elle écume l'océan de rouille à la recherche de composants à troquer et défendra sa liberté jusqu'à la dernière cartouche, si nécessaire.

    Tu ne tueras point

    Les humains ont créé les robots. Les robots se sont améliorés et ont créé les I.A. Les I.A. se sont émancipées et ont dézingué les humains. Leur but: devenir Dieu. Un roman très divertissant avec de belles batailles !

  • Ethan Frome

    Edith Wharton

    • P.o.l
    • 6 Mars 2014

    Les montagnes du Massachusetts à la fin du XIXe siècle. Ethan Frome est un jeune homme pauvre qui aime les livres et rêve de voyages. Il a hérité d'une ferme et d'une scierie qui ne rapportent rien, épousé une vieille cousine hypocondriaque. Et, sans comprendre ce qui lui arrive, il tombe amoureux pour la première fois. En trois jours, sa vie va basculer. Même la mort ne voudra pas des héros de cette tragédie rurale, chef-d'oeuvre atypique d'Edith Wharton.

    Ajouter au panier
    En stock

    Une histoire de désillusions

    Les paysages sont si vastes et pourtant Ethan Frome y construit sa propre prison. Lui qui aspire à l'amour et à la liberté sera vite rattrapé par la fatalité et les vicissitudes de la vie. Une rude mais belle lecture.

  • Les filles ont mal au ventre qu'on leur demande d'être des princesses dès leur plus jeune âge. Les filles ont mal au ventre quand elles entendent " Ne pleure pas, tu n'es pas une fille ". Les filles ont mal au ventre quand le terme " féministe " devient une insulte. Manifeste féministe, ce livre dénonce le poids des normes sociales et des discriminations dont souffrent les femmes, depuis leur enfance jusqu'à l'âge adulte.
    Petites, grandes, gaies, hétérosexuelles, bisexuelles, trans, queer, racisées, blanches, immigrantes, malades, pauvres, aisées, handicapées, tristes, affirmées ou timides... Les filles vivent des situations différentes. Elles ont chacune leur combat, leur force, leur richesse. A nous, ensemble, de les valoriser !

    Profondément féministe

    Un livre profondément féministe, d'une simplicité exemplaire et à destination de tous les âges. Touchant par sa véracité, à mettre d'urgence entre toutes les mains.

    Lila

  • Libraire spécialisé en roman policier, Malcolm Kershaw reçoit la visite surprise du FBI.
    L'agent Gwen Mulvey enquête sur deux affaires étranges : une série de meurtres qui rappelle un roman d'Agatha Christie, et un "accident" qui fait écho à un livre de James Cain.
    Elle espère donc que l'avis d'un expert du genre lui permettra d'interpréter correctement les (rares) indices à sa disposition. Et ce n'est pas tout : Malcolm, quinze ans plus tôt, a publié sur son blog une liste intitulée »Huit crimes parfaits», où figuraient ces deux intrigues.
    Serait-il possible qu'un tueur s'en inspire aujourd'hui ? Très vite, l'angoissante certitude s'impose : le tueur rôde déjà à proximité. Malcolm commence à le voir partout, et sent un véritable noeud coulant se resserrer autour de son cou.
    Une intrigue irrésistible et une brillante variation autour du roman policier, avec en filigrane cette question éternelle : le crime parfait existe-t-il ?

    Mensonge ou omission ?

    Un hommage drôle et intrigant au roman policier. Une enquête qui tourne autour d'intrigues de polars célèbres ; un récit qui joue habillement avec les codes du genre et qui se plait à disséminer des subtils clins d'oeil aux fameux "romans à énigmes". N'oubliez pas de lire très attentivement : les indices se cachent surtout entre les lignes. Une lecture réjouissante.

    Nicolas

  • Là où nous dansions

    Judith Perrignon

    • Rivages
    • 6 Janvier 2021

    Detroit : le vacarme des usines, le son Motown sur lequel on chaloupe, les choeurs d'une communauté que l'on sacrifie sur l'autel du capitalisme... C'est aux bruits de cette ville que Judith Perrignon offre un écho dans ce roman choral fort et bouleversant.

    Chute libre

    « Peut-être bien que cette ville n’est plus qu’une vieille histoire, un roman américain démodé, et je suis dedans, prêt à être écrasé quand on le refermera », Zoom sur un quartier POPULAIRE de la ville de Détroit et surtout de ses habitants. Une ville en faillite,convoitée par des "vautours" financiers, peuplée de fantômes du passé, anciennement riche de ses industries, ses stars, ses LUTTES SOCIALES, ses oeuvres d'art... Une ville asphyxiée qui doit se réinventer sans EFFACER celles et ceux qui ont fait son AME. Un roman choral captivant et émouvant.

    Cathou

  • Le jardin

    Hye-Young Pyun

    Oghi, paralysé après un accident de voiture ayant causé la mort de sa femme, se retrouve enfermé chez lui sous la tutelle d'une belle-mère étrange. Cette dernière s'obstine à creuser un immense trou dans le jardin entretenu autrefois par sa fille, afin, dit-elle, de terminer ce qu'elle avait commencé.

    Ajouter au panier
    En stock

    Un huis-clos malaisant

    Ogui se retrouve paralysé après un terrible accident de voiture. Sa belle-mère va s'occuper de lui... Un huis-clos étouffant et malaisant!

  • Au bord du bayou Attoyac, le corps d'un homme noir, venu de Chicago, est retrouvé. Cause présumée de la mort: noyade après un passage à tabac. Motif de l'agression selon les autorités locales: le vol. Mais pourquoi alors a-t-on retrouvé son portefeuille sur lui? Et pourquoi deux jours plus tard, au bord du même bayou, et juste derrière le café de Geneva Sweet, le cadavre d'une fille blanche est-il découvert? Dans ce Texas où Noirs et Blancs ne fréquentent pas les mêmes bars et où les suprémacistes blancs font recette, le Ranger noir Darren Mathews n'est pas particulièrement le bienvenu. Surtout quand il décide d'interférer dans l'enquête du shérif local. Darren ne connaît que trop bien ce coin de terre, et, malgré son attachement indéfectible à ce pays, il sait qu'il lui faudra mener seul sa quête pour la vérité et la justice. Un suspense aux accents de blues, doublé d'une réflexion toute en nuances sur les racines, les tensions raciales et les discriminations au sein même des communautés.

    SUSPENS AUX ACCENTS DE BLUES

    Après l'excellent "Pleasantville", Attica Locke nous plonge dans une intrigue toute en subtilité dans le Texas profond, où les tensions raciales sont loin d'être apaisées. On dévore!

    Cathou

  • C'est une longue et belle histoire que « Pram » racontait à ses compagnons de détention sur l'île de Buru, avec ferveur, et un élan vital qu'on partage aussitôt. Une histoire aventureuse et romanesque, une histoire politique aussi, qui nous emmène à Surabaya, en Indonésie, au tournant du siècle.
    Minke, jeune journaliste brillant et curieux de tout, y croise le destin d'Ontosoroh, la nyai, concubine d'un riche colon hollandais. Tous deux sont javanais, idéalistes et ambitieux, tous deux rêvent d'une liberté enfin conquise contre un régime de haine et de discrimination, celui des Indes néerlandaises. Deux personnages extraordinaires, aussi attachants que singuliers - au regard d'un monde qui mûrit sa révolution. On l'aura compris, le Monde des hommes est plus qu'un roman, c'est un monument.
    « Les dictatures donnent souvent naissance à d'excellentes littératures. C'est un paradoxe réjouissant, auquel l'Indonésie n'a pas échappé. Comme l'Albanie l'a fait avec Kadaré, ou la Russie avec Soljenitsyne, elle s'est acharnée contre son écrivain le plus prometteur, Pramoedya Ananta Toer, et celui-ci, de son côté, s'est escrimé à ne jamais baisser la garde. Il a fini par gagner la partie. » André Clavel, Le Temps

    Ajouter au panier
    En stock

    Un combat passionnant

    Figure emblématique de l'Indonésie et nommé plusieurs fois pour le Nobel de littérature, Pramoedya Ananta Toer nous livre ici avec coeur et passion, à travers son personnage de Mink, son combat contre le colonialisme néerlandais. "Le monde des hommes" est le premier tome d'une série de 4 livres. Un chef-d'oeuvre.

  • Dans la lignée des recueils Faites demi-tour dès que possible (nouvelles régionales), ou Ceux qui nous veulent du bien (avec la Ligue des Droits de l'Homme sur les nouvelles technologies), La Volte s'associe avec La Cité du design. Dans le cadre de la biennale du Design en mars 2017, une curation a été confiée à Alain Damasio et Norbert Merjagnan, ainsi que le collectif de SF Zanzibar, sur l'avenir du travail.
    Des courts textes et des sons réalisés pour la biennale par Phaune radio sont rassemblés en un CD inséré dans le livre.
    Illustration de chaque nouvelle par un objet design représenté à la Biennale.

    Le travail c'est la santé!

    Le "travail" sous tous ses aspects, toutes ses formes: fatiguant, encourageant, évoluant, rabaissant, divisant, rassemblant, éreintant, idéal, génial, frustrant... Vital !

  • Serait-il possible de décrypter les algorithmes de l'amour? Peut-être les tentaculaires compagnies de l'Internet y parviendront-elles un jour? Elles sauraient, alors, dire si deux personnes sont vraiment faites pour être ensemble. Et si l'immortalité nous était offerte, quelle trajectoire serions-nous amenés à suivre? Sans doute la route vers les étoiles s'ouvrirait-elle à nous? D'immenses vaisseaux se dirigeraient vers 61 Virginis pour y trouver... quoi? Mais les plus beaux des voyages sont peut-être ceux que l'on fait grâce à la mémoire, à l'aide de jouets nés des mains et de l'amour d'une mère : une merveilleuse ménagerie de papier.

    Ce recueil de dix-neuf nouvelles, récompensé par le Grand Prix de l'Imaginaire en 2016, révèle le talent d'un auteur avec lequel il faudra compter à l'avenir. Abordant indifféremment la science-fiction ou la fantasy, Ken Liu a réussi un triplé historique pour le texte qui donne son titre au recueil : prix Hugo, prix Nebula et World Fantasy Award.
    Traduction de l'anglais (États-Unis) par David Creuze, Pierre-Paul Durastanti, Vincent Foucher, Olivier Girard et Quarante-deux et révisé par Pierre-Paul Durastanti.

    Ajouter au panier
    En stock

    Un recueil d'une infinie beauté

    Ce recueil de nouvelles est tout simplement épatant. Chaque histoire a son originalité et il y a une poésie dans l'écriture de Ken Liu et une sensibilité dans la description des personnages qu'on en sort ébloui et nostalgique.

empty