Pelote basque

  • L'auteur a volontairement restreint son champ d'étude, pour éviter la confusion et ne donner au lecteur qu'une synthèse qui lui permettra d'avoir une vue d'ensemble et en même temps quelques idées précises sur le sport national basque. Il n'a qu'une prétention : celle d'apporter une contribution modeste à une oeuvre de plus large envergure : un seul désir, celui de mieux faire connaître les jeux de pelote basque ; une seule ambition, celle de les voir adoptés et pratiqués par tous ceux qui aiment à harmoniser la force physique par les disciplines athlétiques les plus parfaites (extrait de l'Avant-propos, édition originale de 1929).

  • Pureté du geste.
    Le joueur, tout de blanc vêtu, court vers cette pelote qui vient d'être puissamment envoyée par l'équipe adverse sur le fronton. Il dresse son gant. Tchac... fait la balle qui reprend course vers le mur. Bruit métallique : "falta" (faute). La course était belle mais vaine, le point est perdu. Dans les gradins en pierre, les connaisseurs commentent. Une voix d'homme énonce en chantant le score en basque. Depuis une heure, à deux pas de l'église, deux équipes de trois hommes s'affrontent sous le soleil.
    La partie est serrée. L'honneur de leur village respectif est en jeu. Pierre Sabalo, membre éminent de la Fédération Française de Pelote Basque, et Philippe Séguinard, photographe, nous font découvrir par le texte et par l'image, les arcanes de ce sport traditionnel très populaire aux multiples rebondissements, aux compétitions acharnées. Prêt pour tout savoir sur le chistera, ses règles, sa figure de légende ? "Yo".

empty