Livres en VO

  • Aphorismes

    Franz Kafka

    A côté des rares volumes de nouvelles qu'il publia, Kafka songea, à partir de 1917, faire paraître un recueil d'aphorismes.

    On trouvera ici les deux grandes séries collationnées par lui de ses "pensées" éparses, délimitées par Brod et Schoeps, et conformes à l'édition allemande.La première, préparée par Kafka jusqu'en 1919, entre Prague et ses retraites à la campagne, est marquée par l'ombre menaçante de la tuberculose, par l'oscillation et le rejet dont témoignent ces années de relations convulsives avec la femme, l'impossible alma rêvée, Félice, Julie, ...
    Milena; la seconde série, articulée sur le "il" (dont Kafka a dit que cette troisième personne du verbe signa son passage de la quête initiale à la littérature effective), à l'orée de 1920, tandis qu'il délaisse son volumineux journal, commencé dix années plus tôt, et comme venant étrangement s'y substituer, datant à présent sur quelques pages de ses "cahiers bleus", plutôt que les numérotant, ses pensées et aphorismes.
    Comme en marge de la visée littéraire de Kafka, mais l'éclairant singulièrement, l'enjeu et la nature de ces aphorismes ne laisseront pas de surprendre. Et on pourrait dire, avec Claude David qui attira l'attention sur leur extrême importance, que c'est en effet, pour une réelle connaissance de Kafka, là sans doute "le fond permanent de sa pensée qui apparaît".

  • Qui était Léonard de Vinci ? Si le Da Vinci Code a concentré l'attention sur les énigmes de la fresque de La Cène, la personnalité de Léonard de Vinci lui-même est certainement pourtant ce qu'il y a plus énigmatique.
    Le plus grand peintre de toute l'histoire ? Oui, mais il n'a laissé que 20 peintures dont plusieurs encore inachevés ou d'attribution incertaine !
    Le plus grand ingénieur et inventeur de tous les temps ? Mais il n'a réalisé aucun de ses projets, et il n'en est en réalité aucun qui n'ait été conçu avant lui !
    Le plus grand érudit de la Renaissance ? Mais c'était un autodidacte qui ne connaissait ni le grec ni le latin et n'a cessé toute sa vie de combler ses lacunes !
    Le plus génial organisateur de fêtes, précurseur des Lully et Philippe Decouflé ? Assurément, on l'oublie trop, ce fut sa plus grande gloire, mais de ses grands auto- mates et ses décors fastueux il ne nous est rien resté !
    Alors, où est la vraie grandeur de Léonard ? François I er , qui le considérait comme un père, ne s'y est pas trompé : « Il n'y a jamais eu au monde homme si savant, non seulement sculpteur, peintre et architecte, mais surtout grand philosophe. » Nietzsche et Valéry ont vu en lui le modèle d'une pensée libre et lucide. Karl Jaspers lui a consacré tout un livre : Léonard de Vinci philosophe.
    Léonard n'a pas laissé de traité, mais 13000 pages de manuscrits et des fragments dont l'édition fait plus de 1000 pages. C'est de cet énorme ensemble que sont extraits ici les fragments de ce Léonard philosophe, présentés pour la première fois en édition bilingue.

  • Traguem un xic el cap dels nostres dies entretinguts, si te sembla bé lector: tot comptat i debatut, per quina raó i amb quina finalitat hi sem nosaltres aquí ? I per què hi ha coses en comptes de no res, o en comptes d'altres coses ? En definitiva, per què hi ha quelcom, per què hi és tot ? Des del ballet aparentment silenciós de galàxies llunyanes, fins al gest de pau o de guerra més quotidià, fins als riures i als plors més íntims.
    No seré pas el primer ni tampoc el darrer qui ho demani. Maldecaps a betzef.

    Levons un peu le nez du guidon, si tu le veux bien lecteur : tout compte fait, pour quelle raison et dans quel but sommes-nous ici ? Et pourquoi y a-t-il des choses plutôt que rien, ou plutôt que d'autres choses ? En définitive, pourquoi y a-t-il quelque chose, pourquoi tout est là ? Du ballet en apparence silencieux de galaxies lointaines, jusqu'au geste de paix ou de guerre le plus quotidien, jusqu'aux rires et aux pleurs les plus intimes.
    Je ne serai pas le premier ni non plus le dernier qui le demande. Prises de tête à la pelle.

  • Le créole, c'est pas toujours facile à comprendre...

    82 proverbes créoles?; 30 nouvelles illustrations?; les traductions littérales?; la correspondance en français des proverbes illustrés.

    Clins d'oeil... Jeux de mots... Boutades...

    Du -?PANCHO?- sans retenue ni censure...
    Ça craint?!

  • 106 nouveaux proverbes créoles dont 30 illustrés par -?PANCHO?- leurs traductions littérales?

    ?la correspondance en français des proverbes illustrés.

    Clins d'oeil... Jeux de mots... Boutades...Du -?PANCHO?- sans retenue ni censure... Ça craint grave?!

  • 117 proverbes créoles 30 nouvelles illustrations?

    Les traductions littérales?

    La correspondance en français des proverbes illustrés.

    ?Clins d'oeil... Jeux de mots... Boutades... du - PANCHO - comme on aime?!

  • You Had Better Make Some Noise brings together the words of social activists, revolutionaries, artists, writers, musicians, philosophers, politicians, and more - individuals who fought for justice, galvanizing us all to do the same.
    Familiar figures - Thomas Paine to Bertrand Russell, Seneca to Gloria Steinem, Harvey Milk to Ai Weiwei, James Baldwin to Margaret Mead - are joined by a chorus of voices that have made their own indelible marks on the legacy of protest and progress.
    'When the history of our times is written, will we be remembered as the generation that turned our backs in a moment of global crisis or will it be recorded that we did the right thing?' Nelson Mandela asked that question, and this positive and reinforcing book urges us to heed the call.
    Key Selling Points - Following in the footsteps of Phaidon's bestselling It's Not How Good You Are, It's How Good You Want to Be, Damn Good Advice, and Failed It!, this is an indispensable volume of urgent entreaties - A collection that draws on centuries of thought and offers strength and conviction when we need it most - Strong typographic treatment brings these powerful words to life and perforated pages make it easy to tear out choice quotes and tack them up for daily reinforcement - Presents fresh quotes discovered in diaries, letters, notebooks, interviews, and more - words by these change-makers that we haven't heard before - An accessible list of suggested writings gives readers the chance to deepen their engagement and further explore the words in context

  • A Constructed World est un collectif constitué de Geoff Lowe et Jacqueline Riva en 1993. Cet ouvrage rassemble l'ensemble de leurs écrits de 2001 et 2018.

    L'ouvrage est bilingue et les textes sont traduits de l'anglais par : Clémence de Montgolfier, Antoine Dufeu, Leslie Fontaine, Sally Jorno & Fabien Vallos. L'ouvrage a bénéficié du soutien du Centre national des arts plastiques et de la Monash Art, Design & Architecture. L'ouvrage est édité par les éditions Mix. (Paris) & Telephone Publishing (Melbourne).

  • "Regardez ce tas brillant de cristaux ! Ils sont chlorhydrate de Cocaïne. Le géologue pensera au mica ; pour moi, l'alpiniste, ils ressemblent à ces flocons de neige luisants et plumeux, fleurissant surtout là où les rochers jaillissent des glaciers crevassés, que le vent et le soleil ont embrassés jusqu'au fantôme. Pour ceux qui ignorent les montagnes, ils peuvent suggérer la neige qui paillette des arbres aux fleurs scintillantes. Le royaume de la féerie a de tels bijoux. Pour celui qui les goûte dans ses narines - à leur acolyte et esclave - ils doivent ressembler à la rosée du souffle d'un grand démon de l'Immensité, gelée sur sa barbe par le froid de l'espace." C'est une véritable ode poétique nourrie par le feu de l'expérience que le mage Alesteir Crowley dresse à la poudre stupéfiante dans ce texte écrit en 1917. L'Absinthe - La déesse verte et l'Opium - Notre dame des ténèbres sont les autres entités que l'écrivain, poète et occultiste anglais de légende, chante ici en termes lyriques et parfois énigmatiques.

    Ces textes inédits en français furent publiés dans des revues américaines (Vanity Fair notamment) à l'entour de 1915, et ils concernent, outre l'éloge des paradis artificiels, la bonne méthode pour réaliser des haïkus, une défense piquante des blondes ou une attaque contre les mauvais films de l'époque. On découvrira ici, au-delà de l'image sulfureuse du sataniste, le style singulier d'un esprit dont la modernité ne se dément pas.

  • Il est difficile d'imaginer aujourd'hui la vogue dont jouirent pendant plusieurs siècles les Epigrammes de John Owen (1564-1622), qui en leur temps firent saluer leur auteur comme le « Martial anglais », le « second Martial », « Martial ressuscité ». Plus exclusivement intellectuel que son modèle latin, Owen n'eut jamais sa richesse de dons, ni son puissant réalisme, ni inversement sa grâce et sa tendresse, ni ses raffinements d'artiste. Mais dans le domaine volontairement restreint de la satire morale et dans le cadre étroit du distique, son instrument privilégié, il porte l'épigramme à un point d'achèvement qui ne devait plus être égalé : jamais l'épigramme n'a été aussi proche de la maxime au sens que lui donnera bientôt notre La Rochefoucauld et avec laquelle elle partage le brillant et l'étincelante netteté.
    Le propos est exclusivement celui d'un moraliste. Observateur fin et spirituel du train du monde, Owen livre son expérience en une multitude de traits caustiques qui fusent dans toutes les directions :
    égratignant les caractères et les âges, insistant sur les travers de quelques professions et conditions (juristes, médecins, théologiens, courtisans) ; quelques traits acérés contre le sexe faible et les inconvénients du mariage pourraient le faire soupçonner de misogynie si le sujet était original. En tout cela, nulle illusion, mais nulle méchanceté ; pas d'attaque personnelle, seulement les défauts universels de la nature humaine ; quelques remarques sont plus directement inspirées par des sujets d'actualité : loyal sujet anglais à l'époque du complot de la poudre à fusil, Owen décoche quelques pointes à l'adresse de l'église catholique, il intervient malicieusement à propos de la querelle du vide. Une sagesse ironique se dégage, qui fait comprendre aisément l'influence qu'il exerça sur l'âge classique, habitué à privilégier l'analyse morale..
    Le premier volume des épigrammes, dédié à Lady Neville, a paru en 1606 ; encouragé par son succès immédiat, Owen publia l'année suivante un second volume, dédié à une Stuart ; les troisième et quatrième volumes parurent en 1612 et 1613 : en tout, dix livres d'épigrammes dont l'édition d'ensemble sera publiée en 1622, l'année même de sa mort. Une editio locupletior et emendatior a été publiée à Paris en 1794 par Antoine Augustin Renouard.
    Premier à ouvrir notre collection à l'humanisme du Nord, Sylvain Durand nous offre dans ce volume le texte et la première traduction française intégrale de cette oeuvre. Exécutée avec une parfaite exactitude, une aisance et un plaisir évident et même quelque gourmandise, cette traduction nous est offerte dans une prose serrée,

  • La nuit du 26 septembre 2014, à Iguala (Mexique), six personnes ont été assassinées, dont trois étudiants, il y a eu 20 blessés et 43 jeunes de l'école normale d'Ayotzinapa ont disparu de force. Ils collectaient de l'argent pour se rendre à la capitale et participer à une marche en mémoire du massacre des étudiants à Tlatelolco, en 1968. Ce livre écrit en espagnol, qui réunit des poètes, illustrateurs, photographes, journalistes, nouvellistes, du Mexique, d'Argentine, du Brésil, d'Espagne, de France, d'Uruguay, du Venezuela, reprend certaines des milliers de voix qui s'élèvent pour dénoncer la violence, la corruption, l'impunité... Ce livre est un exercice de mémoire collective car, outre l'histoire officielle, il y a une autre mémoire qui vit dans l'intimité des peuples, là où les voix oubliées peuvent trouver la justice qu'elles réclament.

empty