• Y a-t-il des êtres humains ailleurs que dans notre galaxie ? C'est la question que se posent le professeur Antelle, Arthur Levain, son second, et le journaliste Ulysse Mérou, lorsque, de leur vaisseau spatial, ils observent le paysage d'une planète proche de Bételgeuse : on aperçoit des villes, des routes curieusement semblables à celles de notre Terre. Après s'y être posés, les trois hommes découvrent que la planète est habitée par des singes. Ceux-ci s'emparent d'Ulysse Mérou et se livrent sur lui à des expériences. Il faudra que le journaliste fasse, devant les singes, la preuve de son humanité...

  • Le sacrilège malais

    Pierre Boulle

    Dans les années 1930, Maille, un jeune ingénieur français, que rien n'y prédisposait, se trouve engagé en Malaisie dans une immense plantation d'hévéas.
    Contant son ascension au sein de la Compagnie - personnage omniscient et omniprésent du roman -, Pierre Boulle décrit avec humour, ironie et malice l'absurdité et les paradoxes de la bureaucratisation et de la rationalisation à outrance, et dresse un portrait féroce du modèle colonial d'exploitation de la main-d'oeuvre et des ressources naturelles.
    Largement inspiré de la propre expérience de Pierre Boulle, Le Sacrilège malais, son deuxième roman, éclipsé par les succès mondiaux de La Planète des singes et du Pont de la rivière Kwai, mérite d'être (re)découvert.

  • John Butler est un chimiste raté toxicomane, reconverti en revendeur de drogue à New York. Le gang pour lequel il travaille l'envoie en Birmanie afin de transformer de l'opium en héroïne de première qualité pour le marché états-unien. Ce voyage le transforme et lui donne la force de sortir de son enfer personnel.

  • Indochine, 1968. Les Américains ont enfin trouvé comment localiser et détruire la piste Hô-Chi-Minh, par laquelle les forces vietnamiennes du Nord ravitaillent celles du Sud : ils essaiment des capteurs aux formes végétales qui se fondent dans la jungle pour y épier tous mouvements suspects. L'inventivité vietnamienne n'aura alors de cesse de déjouer la technique américaine, dans un jeu du chat et de la souris à l'ironie mordante opposant la détermination du pot de terre et l'arrogance du pot de fer.
    Dans ce roman à l'humour omniprésent, Pierre Boulle éclaire un épisode rocambolesque d'un conflit qui voit s'affronter la plus puissante armée du monde à une armée de cyclistes aux pieds nus. Paru pour la première fois en 1972, alors que la guerre du Vietnam n'est pas terminée, Pierre Boulle évente avec un esprit visionnaire certain un programme secret qui ne sera révélé que des années plus tard. Fin connaisseur de la péninsule indochinoise, il raconte à mi-mots comment les Américains ont remporté leurs batailles et pourquoi ils ont perdu cette guerre.


  • sherlock holmes et hercule poirot y perdraient leur flair légendaire.
    un beau matin, l'obélisque de la concorde disparaît. plus tard, des anarchistes font sauter une banque tous les lundis, à l'exception du 1- avril. une autre fois, on apprend la mort d'une danseuse suicidée simultanément au gaz, au poison, à la corde, au pistolet et au poignard. et pendant ce temps, une série de crimes dont le nombre défie toute statistique ensanglante paris. autant d'énigmes impossibles et invraisemblables où se perdent la logique et la raison.
    mais résoudre l'inconcevable, c'est précisément l'affaire du détective merlec, criminologue de génie et buveur de pastis endurci, et de son trop candide élève bitard.

  • Graines de Mémoire reprend une partie des chroniques hebdomadaires de Pierre Boullé, directeur et rédacteur en chef du Publicateur libre. Ses chroniques de Normandie, au ton volontiers impertinent voire irrévérencieux, hommage à un Gentilhomme normand du XXe siècle, Raymond Guesdon, évoquent des personnages hors du commun.

  • Romans héroïques

    Pierre Boulle

    • Omnibus
    • 10 Octobre 1996

    Comme beaucoup d'écrivains, pierre boulle a construit son oeuvre à partir d'une expérience personnelle : la jungle et la guerre, au travers desquelles il a vécu dix années d'aventures passionnantes ou rebutantes (1936-1946).
    La plupart de ses romans héroïques (et. sarcastiques) datent des années cinquante, oú sa carrière littéraire prend un départ foudroyant : les paradoxes de la colonisation (le sacrilège malais, 1951), l'aventure humaine de l'espionnage et de la trahison (william conrad, 1950, l'epreuve des hommes blancs, 1955), la grande misère des occidentaux sous la domination japonaise (le pont de la rivière kwaï, 1952), tels sont les principaux thèmes sur lesquels il greffe son regard impitoyable et amer.
    Les puissants restent voués à la stupidité, les malheureux ont une chance de se conduire en héros. ou d'affronter - le rictus aux lèvres et la gorge serrée - les abîmes de l'absurdité oú ils croyaient vivre. il y a des cas oú le plus sage est encore de mourir héroïquement. le message sera le même, vingt ans après, dans les oreilles de jungle (1972), oú le vietnam écrasé par l'amérique ne peut opposer que l'intelligence à la force.

    Dans cette iliade des terres extrêmes, oú les troyens assiégés seront paradoxalement vainqueurs, il y avait matière à bien des romans, mais aussi à une autobiographie : aux sources de la rivière kwaï (1966).

  • il y a près de 3 000 ans vivait néfertiti, illustre épouse du roi akhenaton et femme influente de la dix-huitième dynastie d'egypte.
    souveraine puissante, charismatique, celle qui éleva le futur toutankhamon joua un rôle religieux déterminant. mais beaucoup de zones d'ombre entourent encore cette lumineuse reine qui fascina tant de générations... lors d'un voyage sur la terre des pharaons, le hasard va donner à un jeune aventurier et un archéologue de notre temps l'occasion d'en apprendre davantage : de découvertes macabres en hallucinations effroyables, ils vont tenter de percer les secrets de l'énigmatique reine tout en bravant une malédiction venue du fond des âges...

  • La prose poétique de Pierre Boullé est souvent teintée de mélancolie évoquant parfois la fin de l'avenir. Le fracas du monde, le flot événementiel toujours plus tragique, la difficulté d'être, la souffrance dans divers registres sont autant d'axes récurrents à sa démarche, mettant en scène au passage l'Ardeur, trame du vingtième Printemps des Poètes. Les abords de l'Île d'Oléron constituent en partie ce présent ouvrage. Ayant fréquenté Robert de Goulaine, furieux épigone de Jean-Pierre Brisset, Pierre Boullé n'est pas sans partager leur panthéon. Le lecteur quitte l'auteur de Négligences heureuses avec un peu de neige dans le regard.

  • In a spaceship that can travel at the speed of light, Ulysse, a journalist, sets off from Earth for the nearest solar system. He finds there a planet which resembles his own, but on Soror humans behave like animals, and are hunted by a civilised race of primates. Captured and sent to a research facility, Ulysse must convince the apes of their mutual origins. But such revelations will have always been greeted by prejudice and fear...

  • The Bridge on the River Kwai tells the story of three POWs who endure the hell of the Japanese camps on the Burma-Siam railway - Colonel Nicholson, a man prepared to sacrifice his life but not his dignity; Major Warden, a modest hero, saboteur and deadly killer; Commander Shears, who escaped from hell but was sent back. Ordered by the Japanese to build a bridge, the Colonel refuses, as it is against regulations for officers to work with other ranks. The Japanese give way but, to prove a point of British superiority, construction of the bridge goes ahead - at great cost to the men under Nicholson's command.

  • De Gary Davis à Einstein, beaucoup de rêveurs (mais dont les rêves forcent parfois à réfléchir) ont prêché la nécessité d'un gouvernement central de la Terre, seul capable de faire face aux problèmes actuels. Un Gouvernement mondial scientifique, c'est ce qu'a imaginé Pierre Boulle. Mais les savants qui le composent ont ceci de particulier qu'ils sont farouchement ennemis d'une technique inhumaine, horreur souvent décrite par des romanciers d'anticipation. Leur ambition est infiniment plus élevée. Celle de Fawell, le Président, disciple à sa manière du père Teilhard de Chardin, c'est l'essor spirituel de l'Humanité, l'accès de tous à la connaissance sacrée. Tel est l'Esprit de la révolution scientifique. Cette ambition ne se réalise pas. Pour conjurer le démon mélancolie qui menace de ravager le monde, les savants sont fatalement amenés à instaurer un programme de divertissements de plus en plus grossiers, de plus en plus barbares. Tels sont les Jeux. Comment de saintes intentions peuvent se trouver peu à peu déformées par les événements et par l'humaine nature au point d'aboutir à un résultat exécrable, diamétralement opposé à l'idéal initial, c'est un thème cher à Pierre Boulle, qu'il illustre ici à sa manière habituelle, avec un mélange de sérieux et d'humour qui n'épargne guère les autorités.

  • En Malaisie, les partisans chinois harcèlent les Colons. Bernard lutte et se défend. Mais Patricia, sa femme, Américaine imbue d'esprit évangélique, secourt indistinctement tous les indigènes. Survient justement Ling, une jeune terroriste qui a été blessée... Tout est en place pour les multiples surprises d'un conflit inexorable, mais qui n'exclut pas le sourire.

  • En Malaisie, les partisans chinois harcèlent les Colons. Bernard lutte et se défend. Mais Patricia, sa femme, Américaine imbue d'esprit évangélique, secourt indistinctement tous les indigènes. Survient justement Ling, une jeune terroriste qui a été blessée... Tout est en place pour les multiples surprises d'un conflit inexorable, mais qui n'exclut pas le sourire.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Le romancier Pierre Boulle, ici essayiste, nous prévient : L'Etre Univers remplacera donc assez souvent dans cet essai les humains que l'on voit en général s'agiter dans mes livres. Il possède je crois assez d'envergure et d'originalité pour tenir ce rôle avec honneur. Telle est en effet la forme qu'il a donnée à cet essai. Le personnage central est l'Univers, un Etre Matière-Esprit. Pierre Boulle est un fervent adepte du panthéisme. Quant au fond de l'ouvrage, il repose sur une remarque qui s'impose comme une évidence à cette conception panthéiste de l'auteur : La Matière étant d'après la science en état d'émiettement après une explosion popularisée sous le nom de Big Bang, il doit en être de même de l'Esprit, indissolublement associé à celle-ci. A partir de cette vue, l'auteur développe un « modèle » d'Univers où l'Esprit est, comme la Matière, en perpétuelle évolution, un Etre instable, ondoyant. Il résume d'abord aussi simplement que possible les thèses scientifiques actuelles concernant l'Univers physique, puis expose ses vues personnelles sur sa face spirituelle, avec un souci de cohérence qu'on retrouve dans beaucoup de ses romans. Cohérence qui n'exclut pas l'imagination, sans laquelle aucune construction aussi bien littéraire que scientifique n'est possible. Il en résulte un récit captivant, où l'Etre Univers s'élève par étapes de l'instinct à l'intelligence, pour subir à la fin du cycle, à l'instar des humains, une crise passionnelle, dans laquelle Pierre Boulle s'enhardit à voir une explication mentale de cet étrange phénomène que les hommes de science ont appelé Big Bang.

  • Pierre Boulle s'inscrit dans la lignée de Swift, de H.G. Wells, de Stevenson, et nous invite à nous regarder dans d'étranges miroirs pour survivre aux paradoxes de notre temps.
    Sommaire -La Planète des singes -Les Jeux de l'esprit -Le Bon Léviathan -L'Energie du désespoir -Miroitements -La Baleine des Malouines -La Professeur Mortimer -E=mc² et autres nouvelles

  • La face

    Pierre Boulle

    Le procureur de la république, Jean Berthier, demeure inerte alors qu'il est le seul témoin de la noyade accidentelle d'une jeune fille dans le Rhône. Le parquet est saisi de l'affaire qui prend bientôt l'apparence d'un crime dont l'instruction est confiée au procureur. Comment ce magistrat vertueux, sincère et d'une scrupuleuse intégrité, a-t-il pu agir ainsi ? Voulant à tout prix " sauver la face ", il n'ose pas, par l'aveu de sa lâcheté, perdre le prestige qu'il a conquis aux yeux de tous et parvient, de bonne foi, à l'oubli progressif de la scène dont il a été témoin. Dès lors, il est pris dans un inexorable engrenage qui le conduira jusqu'au bout de l'ivresse du pouvoir judiciaire, mettant ainsi à nu l'effroyable contradiction que tout homme porte en lui. Un roman haletant et fascinant jusqu'à la dernière page.

empty