Arkhe

  • Vous venez de vous faire larguer et ne savez plus comment avancer ; vous êtes en couple, mais vous vous ennuyez ; vous avez abusé des applications de rencontre et vos histoires ont la même durée de vie qu'un câble de iPhone. Vous êtes au pied du mur... c'est le bon moment pour tout reprendre à zéro ! Pourquoi sommes-nous aussi nombreux à passer par là ? Pourquoi est-ce devenu si compliqué ? Sommes-nous tous devenus des produits ? Hommes et femmes peuvent-ils encore s'entendre ? Et surtout, comment trouver la perle rare ?
    Cette vaste enquête, fruit de plus de dix ans d'investigation, est née du désir de comprendre comment notre rapport à l'amour a pu autant changer depuis l'époque de nos parents et de nos grands-parents.

  • Vous-vous ennuyez au travail malgré de bonnes études ?
    Vous-vous sentez inutile ? Rassurez-vous, vous n'êtes pas seul. Ceux qu'on appelle encore les « cadres et professions intellectuelles supérieures » n'encadrent plus personne, d'ailleurs ils n'utilisent plus vraiment leur cerveau et sont menacés par le déclassement social. Chez ces anciens premiers de la classe, les défections pleuvent et la révolte gronde. Vous ne les trouverez cependant pas dans la rue à scander des slogans rageurs, mais à la tête de commerces des grands centres urbains : boulangers, restaurateurs, pâtissiers, fromagers, bistrotiers ou brasseurs, derrière leur comptoir et les deux mains dans le concret. La quête de sens de ces jeunes urbains n'a pas fini de redessiner nos villes, notre consommation mais aussi notre vision du succès, car ces nouveaux entrepreneurs marquent peutêtre le renversement des critères du prestige en milieu urbain. Alors, faut-il vraiment passer un CAP cuisine après un bac +5?

  • No fake

    Jean-Laurent Cassely

    Quel est le point commun entre les posts Instagram de café latte, les road trip hors des sentiers battus, les « vrais rades » restés dans leur jus, l'alimentation « naturelle » et la culture hipster ?
    Tous expriment la quête d'une authenticité perdue après plusieurs décennies de mondialisation des styles de vie, de standardisation des paysages et de massification de l'imaginaire. Mais en tournant le dos aux chaînes de restauration internationales, aux centres commerciaux, aux lotissements pavillonnaires sans âme et au tourisme de masse, nous avons créé de toutes pièces un nouveau monde, assez inquiétant, dans lequel tout sonne trop « vrai ».
    Alors qu'Airbnb, Instagram, les espaces de coworking et les nouvelles enseignes alimentaires s'imposent sur le marché du vrai et industrialisent notre aspiration à vivre des expériences uniques, le moment est venu de se demander si l'hyperauthentique n'est pas l'ultime stade du fake.

  • Vous tenez entre vos mains l'enfant caché des Mythologies de Roland Barthes et du compte Instagram de Kim Kardashian.
    Ce livre s'attache à décortiquer les objets, les attitudes et les icônes qui incarnent une génération : celle qui a connu un monde sans internet, s'est pris une crise économique internationale dans la tête en arrivant sur le marché du travail, et tâche de s'en sortir entre posts sponsorisés, avocado toasts à 18 euros, dick-pics, quête d' « authenticité », aspirateurs à clitoris, et mise en scène forcenée de soi.
    Certes, tout le monde n'a pas la finesse de Roland Barthes, ni le sens du business de Kim Kardashian ; entre les deux, en position foetale, il y a nous, maîtres d'oeuvre de ce manuel de survie en milieu urbain d'un nouveau genre.

  • Seriez-vous coupable ou victime de misogynie sans le savoir ? La misogynie, littéralement « la haine des femmes », ce sont les injures, les violences, mais pas seulement : c'est aussi le processus subtil, symbolique, par lequel les femmes sont soumises à la domination masculine. Cette misogynie « masquée » s'invite au bureau, dans les institutions, dans la rue, en amitié, mais aussi plus profondément, dans l'intimité des couples. Vous en doutez ? La misogynie est pourtant au coeur de notre vie sociale (et conjugale) depuis plus de cinq siècles, c'est ce que Maurice Daumas démontre de manière magistrale, en puisant dans l'histoire, la sociologie et la psychanalyse.
    Sur un sujet qui ressurgit régulièrement dans l'actualité au gré des affaires, ce livre indispensable ne manquera pas de vous surprendre, et de remettre en cause tout ce que vous pensiez savoir sur les relations entre les hommes et les femmes, du Moyen Âge à l'affaire DSK.

  • Hugo, un génie monumental ? Il semble bien que la consécration du Panthéon ait valu à l'auteur de Notre-Dame de Paris une trop bonne réputation qui le paralyse et le magnifie dans une pose républicaine et poétique, pieuse, archétypique et archaïque de démiurge grandiloquent.
    Il serait temps que "l'histoire entrâ dans la voie des aveux", que l'on commençât vraiment à reconnaître l'ampleur subversive d'un engagement dans lequel la mise en oeuvre littéraire se dévergonde, s'encanaille et s'expose à la mêlée de l'histoire, faisant de la plume une arme noire plongée dans un encrier en forme de barrique cynique pour démolir en construisant et construire en démolissant, agitant et remuant autant les idées que les coeurs.
    Dans ce qui se présente comme une très originale insurrection démocratique, l'homme des Misérable aura su, non pas seulement parler des barricades mais s'ingénier à barricader son oeuvre, à se dissimuler dans l'ombre de l'âne pour poser, dans toute sa fraîcheur et sa rigueur, le problème toujours ouvert, l'équation jamais résolue, de la liberté compliquée par l'égalité.

  • Une désillusion moderne ?
    L' ouvrage explore les raisons qui ont amené, les postmodernes, aux creux des années 1960-1970, à questionner, sur un plan théorique et pratique, la modernité sociale et culturelle ; tout en se situant dans le prolongement de divers mouvements sociaux. L'ethos postmoderne se nourrit du sentiment que les idéaux modernes sont déchus voire oubliés, parce que la science et l'émancipation ne sont plus un couple indissociable, parce que les deux idéologies dominantes de la modernité, ne sont, toutes deux, pas exemptes, de dérives. C'est donc une certaine "rage contre la raison" qui pousse les postmodernes à envisager des formes renouvelées pour la pensée, dans les domaines intellectuel notamment mais aussi esthétique, où ils trouvent une source d'inspiration, architecturale et artistique, fondamentale.
    La principale contribution du livre quant à l'histoire des idées est de montrer l'actualité de cette pensée. Mais il dévoile aussi comment les auteurs postmodernes vont tenter de réanimer les idéaux modernes, plutôt que de détruire toute principe de rationalité. Cette interprétation nous donne à voir le postmodernisme comme une reformulation contemporaine du moderne, avec pour objectif, la volonté de proposer de nouveaux modèles de légitimation à la Science.

  • Sugar baby

    Philippe Bartherotte

    • Arkhe
    • 16 Mars 2011

    « Je serai là dès que je peux, mais je suis occupé à réparer les pièces cassées de la vie que j'avais avant, avant toi » dit le chanteur de Muse dans la chanson que j'écoute en boucle depuis une heure, prostré devant des images animées de galaxies lointaines en provenance du super télescope Hubble. Il est 14h02, et je m'apprête à rejoindre la galaxie pornographique du World Wide Web où m'attendent un nombre infini de sluts à la plastique à peu près parfaite. Sur mon iphone 3G, un message SFR info m'annonce : Les syndicats de la SNCF appellent à la grève.

  • étudiant les profils sociologiques et les stratégies d'auteurs en vue d'accéder à la publication, elle dévoile les critères mobilisés pour choisir les éditeurs, les modes de prise de contact ainsi que les représentations des politiques éditoriales qui prévalent dans l'esprit de ces auteurs.
    Elle rend compte aussi des différents types de parcours au-delà de la publication du premier texte en examinant, selon les cas, les raisons déclarées du renoncement à l'écriture, les situations de poursuite d'écriture romanesque sans accès à la publication, et les changements ou non d'éditeur, ainsi que le déplacement du travail d'écriture vers des genres non romanesques.

empty