Gallimard

  • Art

    Yasmina Reza

    « Mon ami Serge a acheté un tableau.
    C'est une toile d'environ un mètre vingt, peinte en blanc. Le fond est blanc et si on cligne des yeux, on peut apercevoir de fins lisérés blancs transversaux.
    Mon ami Serge est un ami depuis longtemps. » Serge vient d'acheter une oeuvre contemporaine d'un certain Antrios, peintre très côté. Marc, son ami, trouve que se ruiner pour un tel tableau acheté "20 briques" est aussi grotesque qu'absurde. Yvan, lui, va bientôt se marier avec une certaine Catherine, choix que ses deux amis n'approuvent pas. Serge, Marc et Yvan (bouc-émissaire des deux autres), vont réussir à s'humilier, se déchirer et se mépriser, au nom d'une oeuvre d'Art.
    Un texte drôle et subtil sur l'amitié et ce qu'elle peut comporter comme part de passion et d'incompréhension.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Babylone

    Yasmina Reza

    Elisabeth, la soixantaine, vit avec son mari Pierre dans un petit appartement de Deuil-L'Alouette, ville fictive de la banlieue parisienne.
    Se sentant sur la pente descendante, Elisabeth décide de bousculer le quotidien en organisant une « fête de printemps », à laquelle sont conviés leurs amis, ainsi que les voisins, Lydie et Jean-Lino, qu'ils connaissent depuis peu. Après des préparatifs grandioses, la soirée se déroule joyeusement au rythme des bouteilles qui se vident, des conversations mondaines et creuses, des tentatives de séduction et de quelques moqueries dérisoires qui réveillent de vieilles rancoeurs (le tout donnant lieu à de savoureuses caricatures des convives). Il va suffire d'un banal malentendu pour que cette petite fête bourgeoise dérape et tourne au drame.

    /> Babylone est une comédie grinçante et mélancolique sur l'absurdité de la vie, l'amour et l'amitié, le temps qui passe sans effacer ni nos désirs, ni nos frustrations.

  • " On a voulu être sympathiques, on a acheté des tulipes, ma femme m'a déguisé en type de gauche, mais la vérité est que je n'ai aucun self control, je suis un caractériel pur. " Suite à une banale dispute, les Houllié et les Reille font connaissance afin de remplir une déclaration qui viendra couvrir les dommages corporels que Ferdinand Reille, 11 ans, a fait subir à Bruno Houllié. Mais le règlement du conflit ne tarde pas à atteindre des proportions qui dépassent toutes les forces en présence.
    Une comédie grinçante et une critique follement caustique des rapports humains.

  • Heureux les heureux

    Yasmina Reza

    «J'ai commencé à éprouver un sentiment, je veux dire un vrai, à ce moment-là. En sortant de la voiture, à Wandermines, sous la pluie. On ne parle pas assez de l'influence des lieux sur l'affect. Certaines nostalgies remontent à la surface sans prévenir. Les êtres changent de nature, comme dans les contes. Au milieu de cette confrérie en habits du dimanche, se pressant vers la mairie pour échapper aux gouttes, tenant le bras d'Odile pour l'aider sur le parvis glissant, j'ai éprouvé la catastrophe du sentiment.» Glissant de la mélancolie à l'humour, Yasmina Reza dessine avec Heureux les heureux une constellation moderne de personnages confrontés à l'impasse sentimentale.

  • Ce monologue féminin est une saisissante plongée au coeur d'une existence passée dans l'ombre et qui arrive à son terme, la vieillesse faisant alors tomber tous les artifices et révélant l'insignifiance de la nature humaine.

  • Ce volume contient : Trois versions de la vie - Une pièce espagnole - Le dieu du carnage - Comment vous racontez la partie.

  • Hammerklavier

    Yasmina Reza

    « J'ai fait le rêve suivant. Mon père mort revenait me voir.
    - Alors, lui dis-je, comment est-ce ? As-tu rencontré Beethoven ?
    Il se renfrogne et secoue la tête avec dégoût et tristesse :
    - Ah, la, la ! Horrible rencontre !
    - Comment ça ?
    - Très antipathique. Très.
    - Mais comment, papa ?
    - Je m'approche de lui, poursuit mon père, prêt à le serrer, sais-tu ce qu'il me dit :
    "Comment avez-vous osé vous attaquer à l'Adagio d'Hammerklavier ! Comment avez-vous pu une seule seconde vous imaginer interpréter une mesure d'Hammerklavier ?" - Pardonnez-moi maître, lui répondit mon père, je vous imaginais au-dessus de ça à présent...
    - Mais enfin ! s'écrie Beethoven, être mort n'est pas être sage ! » Hammerklavier est un livre sur le passage du temps, la perte et l'absence. L'enchaînement des scénettes forme une sonate aux accents nostalgiques. Elle passe ainsi en revue les choix et les situations qui orientent nos vies, explore les relations familiales, amicales et professionnelles qui les façonnent.

  • Une désolation

    Yasmina Reza

    "Je voudrais que tu m'expliques le mot heureux ". Un père s'adresse à son fils, parti sous les tropiques à la recherche du bonheur. L'occasion pour Samuel de revenir sur les événements qui ont jalonnés sa vie. Son mariage avec Nancy qui a mal fini, ses relations avec les femmes, avec son seul ami Lionel et ses problèmes d'érection, et Mme Dacimiento, la femme de ménage portugaise qui le terrorise.
    Un roman au souffle puissant et à l'humour aussi cruel que jouissif.

  • «J'ai toujours dit mon mari est un grand spécialiste de Spinoza, comme si je savais très bien qui était Spinoza, de même qu'aujourd'hui je dis il s'est retourné contre Spinoza comme si Spinoza était un de nos amis, je dis il a pris en grippe Spinoza et même, si j'ai bu, je dis qu'il ne peut plus saquer Spinoza.»

  • Nulle part

    Yasmina Reza

    " Où est l'enfance ? Des jours écoulés et vécus, il devrait de temps en temps jaillir une image lumineuse, une fulgurante réminiscence. Mais rien ne surgit. Rien ne triomphe du désir d'oubli. " Un texte très personnel, empreint d'une nostalgie douce, où l'auteur interroge l'origine, l'enfance, le foyer et le temps qui passe, à travers des fragments liés à ses enfants, parents ou aïeux.

  • «ROSANNA - Quand nous nous sommes parlé au téléphone, vous m'avez demandé de ne pas aborder votre enfance, ni aucun sujet de nature biographique.
    NATHALIE - C'est vrai. Je pensais d'ailleurs que ça resterait entre nous, mais bon.
    ROSANNA, imperturbable - Et vous n'aimez pas parler de votre travail non plus.
    NATHALIE - Non plus.
    ROSANNA - Vous ne voulez pas. je ne retrouve pas l'expression. (elle déplace ses feuilles) vous ne voulez pas. voilà. devenir "le commentateur parasitaire de votre travail".
    NATHALIE - L'auteur n'est pas le mieux placé.
    ROSANNA - Alors pourquoi avoir accepté de venir vous entretenir avec nous?...»

  • Adam Haberberg

    Yasmina Reza

    «Au revoir papa, je t'aime. Combien de temps encore ces mots ensoleillés? Dans la rue, lorsqu'il part à l'école, au petit matin, le grand crie je t'aime à son père qui le regarde traverser depuis la fenêtre. Il crie je t'aime, au coin qui le fera disparaître, au-dessus des passants et des voitures, et son père, penché en haut, envoie un baiser, et répète les mots d'une voix sourde et honteuse. Un père qui aurait pu en être un autre, un père qui est aussi, en quelque sorte, le premier venu des pères, car il sait bien que ce je t'aime ne lui est pas destiné à lui Adam Haberberg, l'homme qui se tient à la fenêtre, pas rasé et se sentant vieux, mais à sa figure dans le cours du temps, comme il doit au cours du temps d'être parfois le meilleur papa du monde ou le plus méchant.»

empty