Langue française

  • La question : « Comment des sociétés ont-elles disparu dans le passé ? » peut aussi se formuler : « Au rythme actuel de la croissance démographique, et particulièrement de l'augmentation des besoins économiques, de santé et en énergie, les sociétés contemporaines pourront-elles survivre demain ? »
    La réponse se formule à partir d'un tour du monde dans l'espace et dans le temps - depuis les sociétés disparues du passé (les îles de Pâques, de Pitcairn et d'Henderson ; les Indiens mimbres et anasazis du sud-ouest des États-Unis ; les sociétés moche et inca ; les colonies vikings du Groenland) aux sociétés fragilisées d'aujourd'hui (Rwanda, Haïti et Saint-Domingue, la Chine, le Montana et l'Australie) en passant par les sociétés qui surent, à un moment donné, enrayer leur effondrement (la Nouvelle-Guinée, Tipokia et le Japon de l'ère Tokugawa).
    De cette étude comparée, et sans pareille, Jared Diamond conclut qu'il n'existe aucun cas dans lequel l'effondrement d'une société ne serait attribuable qu'aux seuls dommages écologiques. Plusieurs facteurs, au nombre de cinq, entrent toujours potentiellement en jeu : des dommages environnementaux ; un changement climatique ; des voisins hostiles ; des rapports de dépendance avec des partenaires commerciaux ; les réponses apportées par une société, selon ses valeurs propres, à ces problèmes.
    Cette complexité des facteurs permet de croire qu'il n'y a rien d'inéluctable aujourd'hui dans la course accélérée à la dégradation globalisée de l'environnement. Une dernière partie recense, pour le lecteur citoyen et consommateur, à partir d'exemples de mobilisations réussies, les voies par lesquelles il peut d'ores et déjà peser afin que, dans un avenir que nous écrirons tous, le monde soit durable et moins inéquitable aux pauvres et démunis.

  • Somme toute, la question essentielle, pour la compréhension de l'état du monde contemporain, est celle de l'inégale répartition des richesses entre les sociétés : pourquoi une telle domination de l'eurasie dans l'histoire ? pourquoi ne sont-ce pas les indigènes d'amérique, les africains et les aborigènes australiens qui ont décimé, asservi et exterminé les européens et les asiatiques ?
    Cette question cruciale, les historiens ont renoncé depuis longtemps à y répondre, s'en tenant aux seules causes prochaines - les fusils, les germes et l'acier - des guerres de conquête et de l'expansion du monde industrialisé.
    Mais les causes lointaines - celles qui firent, par exemple, que les conquérants espagnols avaient les fusils et les chevaux, alors que les empires complexes aztèques et inca n'en disposaient pas -, un certain usage de la biologie prétend aujourd'hui les expliquer par l'inégalité supposée du capital génétique au sein de l'humanité.
    Or, l'inégalité entre les sociétés liées aux différences de milieux, pas aux différences génétiques.
    Jared diamond le démontre dans cette fresque éblouissante de l'histoire de l'humanité depuis 13 000 ans. mobilisant des disciplines aussi diverses que la génétique, la biologie moléculaire, l'épidémiologie, la linguistique, l'archéologie et l'histoire des technologies, il marque notamment le rôle de la production alimentaire - c'est-à-dire la domestication des plantes et des animaux sauvages, puis l'augmentation des vivres par l'agriculture et l'élevage, qui permet d'entretenir des bureaucraties et des artisans spécialisés dans la production des armes - ; l'évolution des germes caractéristiques des populations humaines denses favorisées par la révolution agricole - les germes eurasiens ont tué plus d'indigènes américains et non eurasiens que les fusils ou les armes d'acier des eurasiens - ; le rôle de la géographie dans la diffusion contrastée de l'écriture et de la technologie, selon la latitude en eurasie, mais la longitude aux amériques et en afrique.

    A l'aube du siècle de la globalisation, jared diamond nous propose opportunément cet essai, en tout point singulier, sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les sociétés.

  • La chose est désormais connue de tous : l'homme, partageant plus de 98 % de ses gènes avec le chimpanzé pygmée et le chimpanzé commun, représente, dans le monde animal, le troisième chimpanzé.
    On en mesure habituellement peu les implications. le langage, l'art, la technique et l'agriculture - qui distinguent ce chimpanzé - sont le fruit d'une évolution non pas seulement anatomique, comme on le dit trop souvent (station debout, grossissement du cerveau), mais également comportementale : le cycle vital de l'homme se particularise par le faible nombre de petits par portée, les soins parentaux bien au-delà du sevrage, la vie en couple, l'espérance de vie, la ménopause.
    Autant de traits qui soulèvent le problème de l'éventuelle présence de précurseurs dans le monde animal, et du stade auquel le troisième chimpanzé fit le saut quantique en matière de réussite évolutive - non pas avec l'apparition de l'outil de pierre, voilà deux millions et demi d'années, mais avec l'acquisition de l'aptitude au langage, il y a moins de cent mille ans. alors l'animal humain déploie tous ses traits particuliers - à commencer par son aptitude unique à détruire massivement son genre (c'est la soudaine disparition des néandertaliens après l'arrivée de cro-magnon, première destruction massive de l'histoire de l'homme) et sa capacité, manifestée elle aussi dès l'époque préhistorique, à détruire les écosystèmes, à ruiner la base même de sa propre alimentation.
    L'expansion géographique de l'espèce s'accompagne toujours de l'éradication de grands mammifères ; de pétra à l'île de pâques, de mycènes au chaco canyon, le déclin des civilisations est rythmé par la déforestation, le surpâturage, l'érosion des sols. génocide et holocauste écologique - ces deux caractéristiques de l'homme que décuple potentiellement aujourd'hui la technologie - posent désormais la question cruciale de l'extinction de l'espèce humaine, à l'instar de milliards d'autres espèces disparues au cours de l'histoire de l'évolution.
    Telle est l'ampleur de la perspective que jared diamond ouvre, avec une impressionnante culture scientifique, géographique et historique, dans cet ouvrage sans égal.

  • In his landmark international bestsellers Guns, Germs and Steel and Collapse , Jared Diamond transformed our understanding of what makes civilizations rise and fall. Now in the third book in this monumental trilogy, he reveals how successful nations recover from crisis. Diamond shows us how seven countries have survived defining upheavals in the recent past - from the forced opening up of Japan and the Soviet invasion of Finland to the Pinochet regime in Chile - through selective change, a process of painful self-appraisal and adaptation more commonly associated with personal trauma. Looking ahead to the future, he investigates whether the United States, and the world, are squandering their natural advantages and are on a devastating path towards catastrophe. Is this fate inevitable? Or can we still learn from the lessons of the past? Exhibiting the awe-inspiring grasp of history, geography, economics and anthropology that marks all Diamond's work, Upheaval reveals how both nations and individuals can become more resilient. The result is a book epic in scope, but also his most personal yet.

  • PATTERNS OF LIFE: SPECIAL EDITIONS OF GROUNDBREAKING SCIENCE BOOKS Why has human history unfolded so differently across the globe? In this Pulitzer Prize-winning book, Jared Diamond puts the case that geography and biogeography, not race, moulded the contrasting fates of Europeans, Asians, Native Americans, sub-Saharan Africans, and aboriginal Australians. An ambitious synthesis of history, biology, ecology and linguistics, Guns, Germs and Steel remains a ground-breaking and humane work of popular science.

  • In his landmark international bestsellers Guns, Germs and Steel and Collapse , Jared Diamond transformed our understanding of what makes civilizations rise and fall. Now in the third book in this monumental trilogy, he reveals how successful nations recover from crisis. Diamond shows us how seven countries have survived defining upheavals in the recent past - from the forced opening up of Japan and the Soviet invasion of Finland to the Pinochet regime in Chile - through selective change, a process of painful self-appraisal and adaptation more commonly associated with personal trauma. Looking ahead to the future, he investigates whether the United States, and the world, are squandering their natural advantages and are on a devastating path towards catastrophe. Is this fate inevitable? Or can we still learn from the lessons of the past? Exhibiting the awe-inspiring grasp of history, geography, economics and anthropology that marks all Diamond's work, Upheaval reveals how both nations and individuals can become more resilient. The result is a book epic in scope, but also his most personal yet.

  • Comparée à celle des animaux, la sexualité humaine est des plus étranges. Nous ne nous adonnons qu'à des relations intimes et privées. Nous pouvons faire l'amour à n'importe quel moment, sur le partenaire féminin soit fécondable ou non. Et si c'est la cas, la femelle humaine n'en sait rien précisément, et ne s'empresse pas de le faire connaître aux mâles en arborant des couleurs voyantes, ou en émettant odeurs et petits cris...
    Pourquoi donc notre sexualité diffère-t-elle aussi radicalement de celle de nos plus proches ancêtres, les grands singes ? Pourquoi l'homme, le mâles humain, se distingue-t-il des autres en demeurant généralement auprès de la femme qu'il a rendue féconde, et l'aide-t-il à élever ses enfants ? Pourquoi donc le pénis humain est-il si grand, au-delà de toute nécessité...?
    Nul n'était mieux qualifié que Jared Diamond -expert en biologie évolutionniste et en physiologie - pour expliquer comme nos ancêtres ont vu leur sexualité se transformer.
    Avec humour et une foule d'exemples, il montre que la sexualité a joué comparable à celui de la taille du cerveau et de la station debout pour faire de nous... des hommes !

  • A study of the downfall of some of history's greatest civilizations, written by the Pulitzer Prize-winning author of Guns, Germs, and Steel, includes coverage of such cultures as the Anasazi, the Maya, and the Viking colony on Greenland, tracing patterns of environmental damage, climate change, poor political choices, and other factors that were pivotal to their demise. Reader's Guide available. Reprint.

  • A study of the downfall of some of history's greatest civilizations discusses the Anasazi, the Maya, and the Viking colony on Greenland, tracing patterns of environmental damage, poor political choices, and other factors in their demise.

empty