Pocket

  • Rumeurs dans la basse-cour... Le Capitaine, le vieux verrat, aurfait fait cette nuit le r√™ve d'une soci√©t√© plus juste : une ferme √©galitaire, autonome et solidaire d'o√Ļ l'Homme - cet accapareur cupide du fruit de leur labeur - serait chass√©.
    Aussit√īt, M. Jones et sa famille sont bout√©s hors du domaine, de vertueux commandements, √©dict√©s, l'¬ę animalisme ¬Ľ, d√©cr√©t√©... Mais une petite √©lite de cochons, parmi lesquels l'ambitieux Napol√©on, r√©fl√©chit d√©j√† √† confisquer le pouvoir √† son profit, d√©voyer l'id√©al r√©volutionnaire et √©tendre partout son contr√īle.
    Toute ressemblance avec des cochonneries existantes, ou ayant exist√©, n'√©tant √©videmment que pure co√Įncidence...

  • Dans un couvent de Valladolid, quelque soixante ans apr√®s la d√©couverte du Nouveau Monde, deux hommes s'affrontent: les Indiens sont-ils des hommes comme les autresoe Pour le dominicain Las Casas, ardent d√©fenseur de la cause indienne, cela ne fait aucun doute: les Espagnols, avides de conqu√™te, ont ni√© l'√©vidence, assujettissant et massacrant les indig√®nes par millions. Face √† lui, le philosophe S√©pulv√©da affirme que certains peuples sont n√©s pour √™tre domin√©s. Tous deux s'entendent sur un point: le n√©cessaire salut des √Ęmes. L'issue de ce d√©bat passionn√©, d√©terminante pour des millions d'hommes, pourrait bien √™tre surprenante...

  • Vingt mille lieues sous les mers est le chef-d'oeuvre de Jules Verne : mieux qu'un r√©cit de voyage, mieux qu'un roman d'aventures g√©ographiques et scientifiques, mieux qu'une simple histoire de vengeance. Ou plut√īt, tout cela ensemble, mais sublim√©. Le po√®me de la mer, le drame de la r√©volte absolue, la derni√®re des grandes l√©gendes romantiques, √† jamais engloutie, √† jamais conserv√©e dans le silence des mers profondes.

  • Atteindre les profondeurs de notre globe, le coeur palpitant de la plan√®te... Quel r√™ve pour un professeur de min√©ralogie - quelle utopie ! Un vieux parchemin runique, pourtant, affirme le contraire : il existerait un chemin depuis le crat√®re du Sneffels, ce volcan √©teint d'Islande. Ni une ni deux, l'impulsif et col√©rique Professeur Otto Lidenbrock parvient √† convaincre son jeune neveu Axel d'entreprendre l'exp√©dition. Grottes insondables, mers souterraines, feux √©ternels et monstres surgis du fond des √Ęges : la descente ne serait-elle qu'un aller simple vers les Enfers ?

    Texte intégral.

  • Faire le tour du monde en 80 jours : c'est le pari qu'a pris Phileas Fogg, excentrique gentleman londonien, devant ses confr√®res du Reform-Club. S'il √©choue, il amputera sa fortune de moiti√© - issue peu probable, tant ce maniaque de l'heure exacte prise la ponctualit√©. Commence alors pour lui et son d√©brouillard de domestique, le Fran√ßais Passepartout, un p√©rilleux p√©riple qui les conduira des Indes Myst√©rieuses aux Am√©riques peupl√©es de Sioux f√©roces - √† pied ou en paquebot, en chemin de fer ou √† dos d'√©l√©phant - en une extravagante et l√©gendaire course contre la montre...
    Texte intégral.

  • En gare de Moscou, deux jeunes gens s'aiment au premier regard. Femme d'un haut fonctionnaire, ornement de la soci√©t√© tsariste de son temps, Anna Kar√©nine √©blouit le frivole comte Wronsky par sa gr√Ęce, son √©l√©gance et sa gaiet√©. √Ä ce bonheur, √† cette passion r√©ciproque porteuse de scandale et de destruction, ils ne r√©sistent pas longtemps.
    En √©cho √† cette trag√©die programm√©e, on entend toute l'√Ęme d'un peuple et les premiers craquements de l'Empire russe en train de se l√©zarder. L'inoubliable Anna Kar√©nine, c'est l'apog√©e du g√©nie litt√©raire de Tolsto√Į.

    Traduction anonyme du russe parue en 1886.

    @ Disponible chez 12-21.
    L'√ČDITEUR NUM√ČRIQUE.

  • D√©cor enchant√© de La Recherche, Balbec occupe une place centrale dans ¬ę l'√©difice immense du souvenir ¬Ľ que construit Marcel Proust. Encore adolescent, s√©journant au Grand H√ītel avec sa grand-m√®re, le Narrateur rencontre les personnages qui marqueront sa vie. C'est l'apparition de Robert de Saint loup courant derri√®re son monocle et du prodigieux Charlus qui, au premier regard, passerait pour un espion ou un fou.
    Sur la digue o√Ļ chahute une bande de jeunes estivantes, il a remarqu√© la plus insolente d'entre elles, nomm√©e Albertine. Il ignore alors vers quel enfer de soup√ßon et de jalousie va l'entra√ģner la jeune fille au polo noir.
    En 1919, à l'occasion du prix Goncourt, d'À l'ombre des jeunes filles en fleurs, le grand public découvre Marcel Proust. Cent ans plus tard, sa renommée et son génie ne connaissent plus de frontières.

    Cet ouvrage rassemble :
    Autour de Madame Swann, Noms de pays : le pays.

  • LES GRANDS TEXTES DU XIXe SI√ąCLE.

    Depuis cent cinquante ans, cette pauvre Emma Bovary souffre et pleure dans cent, dans mille villages et villes de France. Parce qu'elle ne sait pas vivre, ni aimer, elle r√™ve ses amours et sa vie. Et cependant elle est belle, sensuelle, audacieuse. Mais une imagination d√©r√©gl√©e, l'exaltation romanesque, un √©poux m√©diocre et obtus, l'absurde go√Ľt du luxe et des amants m√©prisables vont l'entra√ģner dans la ruine et une mort affreuse.
    Pour diriger cet ¬ę orchestre des instincts et des sentiments f√©minins ¬Ľ, qu'est selon lui Madame Bovary, Flaubert souffre mort et passion, √† la fois grand pr√™tre et martyr de l'art, du style et de la beaut√©. Mais derri√®re la perfection du chef-d'oeuvre apparaissent la crudit√©, la violence et l'√©rotisme, comme dans un roman d'aujourd'hui.

    @ Disponible chez 12-21.
    L'√ČDITEUR NUM√ČRIQUE.

  • Un jour de pluie de l'an 1880, pour distraire le fils de sa ma√ģtresse, Stevenson dessine une carte imaginaire et la peuple de chim√®res qui vont faire le tour du monde.
    Comme dans un rêve, L'Ile au trésor est née, avec sa cache de lingots d'or et d'argent, secret d'un vieux marin condamné. Le tour est joué. Surgissent pirates et boucaniers, les matelots du capitaine Flint et ce forban de John Si Iver, avec sa janibc unique et son perroquet. L'Hispaniola hisse les voiles. Sur le pont du navire, Jim Hawkins, un jeune garçon, rêve de richesse, d'honneur, de courage et de paradis perdu...

  • LES GRANDS TEXTES DU XIXe SI√ąCLE.

    Monte-Cristo est un surhomme, un grand seigneur fastueux dont Dumas disait modestement que Dieu ne pouvait rien lui refuser. Comte d'emprunt, il est d'abord Edmond Dant√®s, l'ancien marin jet√© dix ans durant au fond du ch√Ęteau d'If par des ennemis dont il ignore tout. La rencontre de hasard avec l'abb√© Faria, pr√©lat italien d√©tenteur d'un fabuleux tr√©sor, lui donne les moyens de sa vengeance...
    Le captif s'√©vade. Dant√®s le mort vivant dispose maintenant d'une fortune d√©mesur√©e. Il est au-dessus des lois. La justice est en marche, √† la poursuite impitoyable des l√Ęches et des criminels...

  • LES GRANDS TEXTES DU XIXe SI√ąCLE.

    Le vrai d'Artagnan incarnait d√©j√† le courage et le panache. Arrang√©e par le g√©nial Dumas, sa rencontre avec le colossal Porthos, le pr√©cieux Aramis, Athos le grand seigneur, le propulse dans la l√©gende et la jeunesse √©ternelle. ¬ę Tous pour un, un pour tous ! ¬Ľ Avec eux, il d√©fie Richelieu et son espionne, la perfide Milady de Winter, il sauve l'honneur de la reine compromise dans une intrigue amoureuse avec le duc de Buckingham, il s'√©prend de Constance, fille d'aubergiste et ling√®re royale.
    Ensemble, ils se couvrent de gloire au siège de La Rochelle, se jettent sur les routes d'Angleterre, et entrent dans la légende.

    @ Disponible chez 12-21.
    L'√ČDITEUR NUM√ČRIQUE.
    />

  • Fables

    Jean De La Fontaine

    √Čdition pr√©sent√©e et comment√©e par Marie-Madeleine Fragonard, professeur √† l'universit√© de Paris III.

    Pour instruire les hommes, il fait parler le loup et l'agneau, le renard et la cigogne, le meunier, son fils et l'√Ęne, mais aussi les arbres et les plantes, et les dieux de la mythologie. Sous le camouflage de sa distraction, de sa paresse et de sa na√Įvet√©, La Fontaine reste le ma√ģtre absolu, le magicien de la langue fran√ßaise et l'homme le plus sage et le plus l√©ger qui fut jamais.
    De tous les genres, il a cultiv√© le plus modeste, presque oubli√© depuis √Čsope, pour y faire entrer et chanter sur tous les tons l'infinie diversit√© de son inimitable fantaisie. Et la fable devient √©pop√©e, all√©gorie, discours philosophique, confidence m√©lancolique, conte gaulois ou moral, pour composer les cent actes d'une incomparable com√©die universelle.

    Lire avec le texte intégral et la préface Comprendre avec Les clés de l'oeuvre 21 pages pour aller à l'essentiel 52 pages pour approfondir

  • Le monde est une mascarade o√Ļ le succ√®s va de pr√©f√©rence aux crapules. La r√©ussite, les honneurs, les femmes et le pouvoir : le monde n'a gu√®re chang√©. On rencontre toujours¬†- moins les moustaches¬†- dans les salles de r√©daction ou ailleurs, de ces jeunes aventuriers de l'arrivisme et du sexe.
    Maupassant disait de son personnage, l'odieux Duroy : ¬ę Bel-Ami, c'est moi. ¬Ľ Et pour le cynisme, la fureur sensuelle, l'ath√©isme, la peur de la mort, ils se ressemblaient assez. Mais Bel-Ami ne savait pas √©crire, et devenait l'amant et le n√©grier d'une femme talentueuse et brillante. Maupassant, lui, √©tait un immense √©crivain. Universel, d√©j√†, et encore vivant aujourd'hui.

    @ Disponible chez 12-21 L'√ČDITEUR NUM√ČRIQUE

  • Les grands textes du XIXe si√®cle.

    Selon le voeu de Baudelaire, Les Fleurs du mal devaient s'intituler Les Limbes, ce lieu incertain o√Ļ son d√©sespoir h√©sitait entre le ciel et l'enfer, entre un id√©al de puret√© et ce mal du si√®cle exasp√©r√© qu'il nommait le Spleen. Partag√© entre l'horreur et l'extase de vivre, dans cette oeuvre qui se confond avec sa vie, il a tent√© de le repousser par le culte du Vice et des paradis artificiels, du Voyage et de l'Exil, de la Beaut√©, de la Volupt√© et de la Mort.

    ¬ę Dans ce livre atroce, j'ai mis tout mon coeur, toute ma tendresse, toute ma religion, toute ma haine ¬Ľ, ce livre dont le pouvoir d'enchantement semble, aujourd'hui encore, infini.

    @ Disponible chez 12-21.
    L'√ČDITEUR NUM√ČRIQUE.

  • Balzac pense qu'Eug√©nie Grandet est " une bonne petite nouvelle facile √† vendre ".
    Pour ce chef-d'oeuvre, la postérité en décidera autrement et Balzac finira par égaler Molière. Le père Grandet, comme toute son époque, adore l'argent. Avare ? Pas seulement. Viticulteur, usurier, marchand de bois, promoteur immobilier, il est avant tout un spéculateur, et un milliardaire dirait-on aujourd'hui. L'or stimule son intelligence et son imagination, et le rend étranger à Eugénie, sa fille qu'il adore sans la voir.
    Dans le d√©nuement volontaire de la maison Grandet, seule √† sa fen√™tre devant un paysage immobile, la jeune femme, comme un fant√īme, attend un fianc√©, un amour, une vie qui ne viendront peut-√™tre jamais...

  • LES GRANDS TEXTES DU XIXe SI√ąCLE.

    Nagu√®re trahi par la bassesse et la l√Ęchet√© de ses amis, l'ex-capitaine Dant√®s poursuit son oeuvre de vengeance et de haine. Mais Dant√®s existe-t-il toujours ? De sa rencontre miraculeuse au ch√Ęteau d'If avec l'abb√© Faria et son tr√©sor est n√© le richissime, l'extravagant comte de Monte-Cristo. Gr√Ęce √† sa fortune et √† son savoir, cet homme, ce surhomme, peut tout d√©sormais. Il r√®gne sur les √™tres et les choses. Le monde est √† ses pieds, mais il ne peut jouir de rien.
    Dant√®s est mort, victime de la cruaut√© humaine, mais Monte-Cristo n'est qu'une ombre, une obsession, un fant√īme, une incarnation de la loi du Talion, acharn√© √† d√©truire ceux qui ont voulu sa perte.

  • Approchez homo sapiens ! Ce livre vous fera hurler de rire ! Faites la connaissance d'une famille pr√©historique : √Čdouard, le p√®re, g√©nial inventeur qui va changer la face du monde en ramenant le feu ; Vania, l'oncle r√©ac, ennemi du progr√®s ; Ernest, le narrateur, un tantinet ben√™t ; Edwige, Griselda et autres ravissantes donzelles...

    Ces êtres délicieux font le monde autour d'un feu dégustant des os à moelle. Regardez-les découvrir l'amour, s'essayer à la drague, se battre avec évolution...

    Situations rocambolesques, personnages hilarants d'un monde o√Ļ l'homme est pourtant d√©j√† homme : batailleur, jaloux, ingrat et aussi r√©trograde. Un miroir √† consulter souvent. Pour rire et r√©fl√©chir.

  • LES GRANDS TEXTES DU XIXe SI√ąCLE.
    ¬ę Encore six heures et je serai mort. Est-il bien vrai que je serai mort avant la fin du jour ? ¬Ľ Bient√īt, sa t√™te roulera dans la sciure. Jug√©, emprisonn√©, encha√ģn√©, il attend dans l'√©pouvante. ¬ę J'ai peur ¬Ľ - et notre peur grandit avec la sienne. L'aum√īnier viendra, puis les assistants du bourreau. Il montera dans la charrette, traversera la foule hideuse. Au bout de la marche au supplice, l'apparition de la guillotine. On dit qu'on ne souffre pas, que c'est une fin douce, mais qui le sait ?
    Avec lui, nous vivons ce cauchemar, cette absurdité horrifiante de la peine capitale que personne avant Victor Hugo n'avait songé à dénoncer.

    /> @ Disponible chez 12-21.
    L'√ČDITEUR NUM√ČRIQUE.

  • LES GRANDS TEXTES DU XIXe SI√ąCLE.

    Tous les chemins de la Comédie humaine partent du Père Goriot et de la sinistre pension Vauquer. La grande saga de l'Occident dont rêve Balzac commence par le martyre d'un père éperdu d'amour pour ses deux filles qui le bafouent, le torturent et le ruinent. Témoins de cette tragédie, le jeune Rastignac, qui va défier Paris, et le fabuleux Vautrin, ancien forçat, que l'on recroisera ultérieurement dans d'autres oeuvres.
    Un galérien des Lettres criblé de dettes imagine et crée sous nos yeux une fresque éternelle avec une puissance de visionnaire. Mystère du génie car personne, depuis, n'a réussi à démoder Balzac.

    @ Disponible chez 12-21.
    L'√ČDITEUR NUM√ČRIQUE.

  • Les grands textes du XVIIIe si√®cle.

    Inspir√©e par le g√©nie du mal, voici la correspondance entre un libertin machiav√©lique et sa criminelle muse. Complices soud√©s par leur liaison pass√©e, le vicomte de Valmont et la marquise de Merteuil, chasseurs et strat√®ges de la cruaut√©, choisissent comme cible des innocents. La pure et na√Įve C√©cile de Volanges, la vertueuse et br√Ľlante Mme de Tourvel seront les victimes de leurs oeuvres de vengeance et de destruction morale. Au nom de la seule jouissance, ils s'allient pour bafouer l'amour et les sentiments, jusqu'√† la reddition totale.
    Les lettres ¬ę douces et dangereuses ¬Ľ de deux monstres parfaits composent ce sensationnel chef-d'oeuvre romanesque.

    @ Disponible chez 12-21.
    L'éditeur numérique.

  • Les grands textes du XIXe si√®cle.

    ¬ę L'expression √©tait d'une cruaut√© atroce. L√†, son √Ęme m√™me, √©mergeant de la toile, le d√©visageait et l'appelait √† son tribunal. ¬Ľ Devant son portrait, oeuvre d'un de ses amis, Dorian Gray, jeune homme d'une immense fortune et d'une exceptionnelle beaut√©, fait le voeu de rester tel qu'il est peint, tandis que son image vieillira √† sa place. Exauc√© par une intervention magique et fatale, Dorian c√®de alors √† tous ses caprices et √† toutes ses folies. Dans les quartiers √©l√©gants de Londres et les bouges du port, sous le masque de sa beaut√© intacte, il m√®ne une vie de d√©bauche et de crime. Esth√®te, monstre, dandy, il a d√©cid√© de faire de sa vie une oeuvre d'art. Une vie qui ressemble √† celle d'Oscar Wilde, que la soci√©t√© victorienne lui fit payer en le condamnant aux travaux forc√©s...

    @ Disponible chez 12-21.
    L'√ČDITEUR NUM√ČRIQUE.

empty