Flammarion

  • Ă€ la ferme du Manoir, c'est la rĂ©volution : les animaux ont pris le pouvoir. DĂ©sormais, ils ne travailleront que pour eux-mĂŞmes, et bâtiront ensemble un avenir radieux. DĂ©sormais, ils ne connaĂ®tront plus de maĂ®tre, car tous les animaux sont Ă©gaux. Ou, du moins, presque tous...

    Cette nouvelle traduction restitue toute la verve satirique d'une fable politique magistrale. Tristement intemporelle et terriblement drôle, La Ferme des animaux n'a pas fini de faire réfléchir les Hommes.

  • Premier volet d'«A la recherche du temps perdu», cycle romanesque inspirĂ© des souvenirs de Proust, de la vie mondaine, de ses dĂ©sillusions et sa passion littĂ©raire.

  • L'Appel de la forĂŞt NĂ© dans le confort d'une belle propriĂ©tĂ© californienne, le chien Buck en est violemment arrachĂ©. EnlevĂ© par des trafiquants et envoyĂ© dans le Grand Nord, il doit bientĂ´t affronter des difficultĂ©s qu'il n'avait jamais imaginĂ©es : la brutalitĂ© des hommes, le froid polaire, la faim dĂ©vorante, le travail extĂ©nuant d'un chien de traĂ®neau... Comment rĂ©agira-t-il ? Saura-t-il s'adapter, lui que rien ne prĂ©parait Ă  de telles Ă©preuves ? Histoire d'une dĂ©chĂ©ance, ce roman palpitant est aussi celle d'une renaissance : plongĂ© dans la vie sauvage, Buck sent progressivement retentir en lui la voix des loups, ses ancĂŞtres...

  • Ceux de 14

    Maurice Genevoix

    1er août 1914 : la France décrète la mobilisation générale. Le 2 août, Genevoix, brillant normalien qui n'a pas 24 ans, rejoint le 106e régiment d'infanterie comme sous-lieutenant... Neuf mois plus tard, il est grièvement blessé : c'est la fin de la guerre pour le jeune homme.
    Entre ce mois d'août 1914 et les trois balles qui l'atteignent en avril 1915, Genevoix aura participé à la bataille de la Marne, marché sur Verdun et, pendant quatre longs mois, défendu les Éparges. Sous le feu des obus, il aura vécu le quotidien du fantassin, la boue, le sang, la mort, mais aussi, avec ses «camarades du 106», la solidarité et l'humanité partagée.
    Dès 1916 et jusqu'en 1923, Genevoix publie cinq récits de guerre, écrits dans une langue précise et humble, réunis en 1949 sous le titre Ceux de 14. C'est cette édition définitive retravaillée par l'auteur que nous donnons à lire. Plus qu'un grand classique sur 14-18, voici l'oeuvre d'un immense écrivain.

  • Une longue complicitĂ© unit Max et Martin, deux associĂ©s marchands d'art. En 1932, Martin retourne vivre en Allemagne, tandis que Max, juif amĂ©ricain, demeure en Californie. Quand Martin espace leur correspondance, Max s'inquiète. L'Histoire aura-t-elle raison de leur amitiĂ© ?

    TOUT POUR COMPRENDRE - Notes lexicales - Biographie de l'autrice - Contexte historique - Genre de l'oeuvre - Chronologie TOUT POUR RÉUSSIR - Questions sur l'oeuvre - Microlectures - Histoire des arts - Éducation aux médias et à l'information GROUPEMENTS DE TEXTES - Dire l'indicible : le nazisme raconté par la littérature - Récit épistolaire et affrontement

    Ajouter au panier
    En stock
  • « Il est arrivĂ© malheur Ă  la mission d'AkĂ©. Le sol s'est Ă©rodĂ©, les pelouses se sont dĂ©nudĂ©es et le mystère a Ă©tĂ© chassĂ© des hauteurs autrefois si secrètes. Ă€ l'Ă©poque dont je parle il ne se passait pas de jour oĂą ne s'ouvrĂ®t au regard un enclos, une poche de rochers, un bosquet buissonneux, une colonie d'escargots ».

    Aké, c'est le petit village de l'ouest du Nigéria où Wole Soyinka, futur dramaturge et Prix Nobel de littérature, a passé ses premières années. Enfant curieux et obstiné, aimant autant les livres que s'attirer des ennuis, l'auteur grandit entre des parents chrétiens et les traditions spirituelles yorouba. Aké, c'est le récit d'une enfance pleine de vie, d'énigmes et de découvertes ; c'est l'histoire d'un passage, vers l'âge et l'univers des adultes, du village innocent à la civilisation urbaine; c'est enfin le regard d'un immense écrivain sur les mystères de l'enfance, empreint des images, des sons et des arômes colorés du monde qui l'a façonné.

  • Après une longue absence, Louis dĂ©cide de rendre visite Ă  sa famille, et d'annoncer aux siens sa mort prochaine. Sa mère, sa petite soeur, son frère et sa belle-soeur sont rĂ©unis pour sa venue. Mais les retrouvailles ne se font pas sans heurt : au fil de la conversation, les reproches affleurent, d' anciennes blessures se rouvrent ; Ă  chaque instant, le conflit menace le fragile Ă©difice familial.
    Toujours à la recherche du mot le plus juste, le langage pudique de Lagarce traduit notre difficulté à communiquer. Sa simplicité poétique confère à ce dimanche en famille la force d'un mythe moderne, et élève Juste la fin du monde au rang de classique.

  • Nous voyons aujourd'hui l'Émile comme une anticipation rĂ©volutionnaire des mĂ©thodes nouvelles en Ă©ducation. Mais, en 1762, sa publication et son succès mettent le feu aux poudres : la façon dont Rousseau y nie le pĂ©chĂ© originel lui vaut condamnation de l'Église. Convaincu d'une forme de bontĂ© naturelle de l'enfant, que n'aurait pas encore pervertie la sociĂ©tĂ© humaine, Rousseau en vient Ă  l'idĂ©e que l'enfance est un moment essentiel de l'existence et que son dĂ©veloppement obĂ©it Ă  des lois gĂ©nĂ©rales sur lesquelles tout bon pĂ©dagogue devrait s'appuyer.

    Les deux premiers livres de l' Émile portent sur les deux stades initiaux de l'enfance (de la naissance à 2 ans et de 2 à 12 ans), au cours desquels la pédagogie est, d'emblée, un enjeu des plus sérieux. Mettant en scène un gouverneur et son jeune élève à travers une narration théorique d'une infinie richesse, Rousseau nous donne à penser les questions les plus cruciales soulevées par toute réflexion sur l'enfance.

    Dossier.
    1. Les sources de la pensée éducative de Rousseau.
    2. L'Émile, un précis d'anthropologie rousseauiste.
    3. La pédagogie et l'enfance à l'époque des Lumières.
    4. Les approches de l'enfance d'inspiration rousseauiste.

  • Nous voyons aujourd'hui l'Émile comme une anticipation rĂ©volutionnaire des mĂ©thodes nouvelles en Ă©ducation. Mais, en 1762, sa publication et son succès mettent le feu aux poudres : la façon dont Rousseau y nie le pĂ©chĂ© originel lui vaut condamnation de l'Église. Convaincu d'une forme de bontĂ© naturelle de l'enfant, que n'aurait pas encore pervertie la sociĂ©tĂ© humaine, Rousseau en vient Ă  l'idĂ©e que l'enfance est un moment essentiel de l'existence et que son dĂ©veloppement obĂ©it Ă  des lois gĂ©nĂ©rales sur lesquelles tout bon pĂ©dagogue devrait s'appuyer.

    Les deux premiers livres de l'Émile portent sur les deux stades initiaux de l'enfance (de la naissance à 2 ans et de 2 à 12 ans), au cours desquels la pédagogie est, d'emblée, un enjeu des plus sérieux. Mettant en scène un gouverneur et son jeune élève à travers une narration théorique d'une infinie richesse, Rousseau nous donne à penser les questions les plus cruciales soulevées par toute réflexion sur l'enfance.

    Dossier
    1. Les sources de la pensée éducative de Rousseau
    2. L'Émile, un précis d'anthropologie rousseauiste
    3. La pédagogie et l'enfance à l'époque des Lumières
    4. Les approches de l'enfance d'inspiration rousseauiste.

  • Le texte intĂ©gral avec des outils pĂ©dagogiques pour faciliter la lecture et la comprĂ©hension de l'oeuvre.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Contes

    Hans Christian Andersen

    " De tout ce que j'ai écrit, les contes sont incontestablement ce qu'on apprécie le plus au Danemark ", note Andersen en 1846. A sa mort, près de trente ans plus tard, ce n'est pas seulement dans son pays d'origine, mais bien dans le monde entier qu'il connaît la gloire. Jusqu'à nos jours, le succès de ses Contes racontés aux enfants ne s'est jamais démenti, preuve de leur dimension intemporelle. Puisant dans le folklore nordique autant que dans le spectacle de la modernité, le conteur réussit le pari de réenchanter le quotidien sans rien omettre de la violence du réel.
    Qu'ils soient sapin ou bonhomme de neige, soldat de plomb ou rossignol, princesse ou miséreuse, ses héros nous invitent à redécouvrir les pouvoirs de la fiction, en troquant notre regard d'adulte pour des yeux d'enfant. Dossier 1. Raconter aux enfants 2. Histoires populaires : les enfants, les grands-mères et la nature 3. Morales du conte.

  • Le joueur d'Ă©checs

    Stefan Zweig

    Sur un paquebot reliant New York à Buenos Aires, en 1939, le champion du monde d'échecs est mis en difficulté par un inconnu lors d'une partie improvisée.
    L'homme, qui affirme ne pas s'être assis devant un échiquier depuis plus de vingt ans, confie au narrateur sa terrible histoire : rescapé de la terreur nazie en Autriche, il a été soumis pendant plusieurs mois à la torture psychologique d'un isolement total, auquel seul le jeu d'échecs, qu'il pratiquait mentalement, lui a permis d'échapper...
    Le Joueur d'échecs, que Zweig rédigea en 1941 depuis l'exil et qu'il acheva peu de temps avant de se donner la mort, est l'unique texte de fiction dans lequel il évoque frontalement le nazisme. OEuvre d'un auteur orphelin de sa patrie comme de ses idéaux, cette nouvelle est aussi une réflexion sur le destin de l'Europe et du monde ? ce monde devenu, à l'heure où écrit Zweig, un grand échiquier où « plus rien n'est à sa place ».

    Illustration de couverture : Virginie Berthemet © Flammarion

  • Si Jed Martin, le personnage principal de ce roman, devait vous en raconter l'histoire, il commencerait par vous parler d'une panne de chauffe-eau. Ou de son père, architecte connu et engagĂ©, avec qui il passa seul de nombreux rĂ©veillons de NoĂ«l. Il Ă©voquerait Olga, une très jolie Russe rencontrĂ©e lors d'une première exposition de son travail photographique Ă  partir de cartes routières Michelin "la carte est plus intĂ©ressante que le territoire".
    C'était avant que le succès mondial n'arrive avec la série des "métiers", portraits de personnalités de tous milieux, dont l'écrivain Michel Houellebecq. Il dirait aussi comment il aida le commissaire Jasselin à élucider une atroce affaire criminelle. L'art, l'argent, l'amour, le rapport au père, la mort, le travail, la France devenue un paradis touristique sont quelques-uns des thèmes de ce roman, résolument classique et ouvertement moderne.

  • La MĂ©tamorphose

    Franz Kafka

    Lorsque Gregor Samsa s'éveille, un matin, après des rêves agités, il est bel et bien métamorphosé. Doté d'une épaisse carapace d'où s'échappent de pitoyables petites pattes ! Lugubre cocasserie ? Hélas, ultime défense contre ceux qui, certes, ne sont pas des monstres mais de vulgaires parasites... Les siens. Père, mère, soeur, dont l'ambition est de l'éliminer après avoir contribué à l'étouffer... Ici, un homme se transforme en coléoptère monstrueux, là, un engin pervers tue avec application... Dans la colonie pénitentiaire, c'est l'expérimentation en direct. Une machine infernale s'acharne sur un soldat soumis. Une machinerie hors pair, digne d'un inventeur à l'imagination torturée !

  • Vingt mille lieues sous les mers Nouv.

    - Édition par extraits avec résumés - Édition promue par retour de spécimen - Cinquième : « le voyage et l'aventure :
    Pourquoi aller vers l'inconnu ? »

  • Lorsque le jeune Axel est entraĂ®nĂ© malgrĂ© lui par son oncle, le professeur Lidenbrock, dans la folle ascension d'un volcan actif, il est loin d'imaginer que ce n'est que le dĂ©but de l'aventure...
    Champignons géants, arbres préhistoriques et dinosaures marins peuplent ce voyage jusqu'au centre de la Terre, extraordinaire entre tous.

  • Moby Dick

    Herman Melville

    Découvrez Moby Dick, le livre de Herman Melville. Moby Dick (1851), le chef-d'oeuvre de Melville, est l'histoire d'une obsession : depuis qu'un féroce cachalot a emporté la jambe du capitaine Achab, celui-ci le poursuit sans relâche de sa haine. Ismaël, matelot embarqué à bord du baleinier le Péquod, se trouve pris peu à peu dans le tourbillon de cette folle vengeance : c'est par sa voix que se fera entendre l'affrontement final de l'homme et du grand Léviathan blanc. Somme encyclopédique érigeant la baleine en un véritable mythe, récit hanté par l'énigme du bien et du mal, Moby Dick nous fait naviguer sur des mers interdites et accoster sur des rivages inhumains. Jamais on n'épuisera la science des baleines, suggère Melville. Jamais non plus on ne viendra à bout de la fascination qu'inspire ce roman sombre et puissant.

  • L'imperturbable Phileas Fogg mène une vie rĂ©glĂ©e jusque dans ses moindres dĂ©tails. Aussi, quand il parie que les progrès techniques du XIXe siècle lui permettront d'accomplir le tour du monde en 80 jours, il planifie chacune des Ă©tapes du voyage avec prĂ©cision. Mais sa dĂ©termination se heurte Ă  de multiples obstacles, qui le forcent Ă  improviser : poursuite policière, tempĂŞte, sacrifice humain, embuscade ferroviaire...
    Notre héros parviendra-t-il à sauver sa fortune et sa vie ? L'aventure aura-t-elle raison de son calme et de sa froideur légendaires ?

  • Après la guerre de Troie, Ulysse ne retournera pas de sitĂ´t Ă  Ithaque. HĂ©ros malmenĂ© par les dieux, il erre pendant dix ans de naufrages en catastrophes, jouet de forces qui le dĂ©passent. Il devient ainsi le premier aventurier Ă  explorer les confins du monde pour en rapporter un fabuleux rĂ©cit. ConsidĂ©rĂ©e comme l'un des plus beaux poèmes de l'humanitĂ©, l'OdyssĂ©e fait partie de ces ouvrages qui ont laissĂ© une empreinte profonde dans la culture occidentale.
    Si bien qu'on peut affirmer, avec Pierre Bergounioux, que "le monde n'est plus le même après qu'on a lu l'Odyssée".

  • CĂ´te d'Azur, annĂ©es 1900 : la fuite d'une mère de famille avec un sĂ©ducteur rencontrĂ© la veille jette le trouble parmi les rĂ©sidents d'une pension cossue. Tandis que tous condamnent l'Ă©pouse infidèle, un homme prend sa dĂ©fense, suscitant l'intĂ©rĂŞt d'une Anglaise distinguĂ©e. Elle lui raconte alors les vingt-quatre heures qui ont failli faire basculer sa vie, vers 1880, Ă  Monte- Carlo : le spectacle d'un jeune Polonais dĂ©vorĂ© par le dĂ©mon du jeu lui avait inspirĂ© une passion charnelle fulgurante...
    Dans cette célèbre nouvelle mêlant réalisme balzacien, démonisme russe et théorie freudienne, Stefan Zweig explore les origines de la passion et met au jour la puissance subversive du désir physique féminin.

    Illustration : Virginie Berthemet © Flammarion

  • Arsène Lupin deviendrait-il imprudent ? Lors du cambriolage du château du comte de Gesvres, il est surpris dans sa fuite par la nièce du propriĂ©taire, Raymonde de Saint-VĂ©ran.
    Quelques jours plus tard, la police découvre le cadavre du plus grand des voleurs !
    Isidore Beautrelet, jeune lycéen surdoué et détective amateur, refuse pourtant de croire à l'évidence... Il décide de traquer l'homme et ses secrets. Mais peut-on vraiment lutter contre Arsène Lupin ?
    L'édition consacre un groupement de textes aux figures d'enquêteurs et d'aventuriers célèbres de la littérature (Sherlock Holmes, Monsieur Lecoq, le chevalier Auguste Dupin ; le capitaine Nemo, Porthos, Long John Silver).
    Soulignant le réalisme qui caractérise le roman, un cahier photos permet d'approfondir l'univers de l'écrivain et ses sources d'inspiration. De Robert Lamoureux à Romain Duris, il présente quelques-unes des incarnations les plus connues d'Arsène Lupin à l'écran.

  • Alcools offre un mĂ©lange grisant d'ode au progrès et d'anciennes lĂ©gendes ressuscitĂ©es.
    Ce recueil, qui décante quinze ans de création, explore toutes les possibilités du vers.
    Une initiation poétique au terme de laquelle Apollinaire pourra se dire « ivre d'avoir bu tout l'univers ».

  • Madame Bovary

    Gustave Flaubert

    En 1857, Madame Bovary fait scandale. Poursuivi pour « outrage à la morale publique et religieuse et aux bonnes moeurs », Flaubert est acquitté, mais la réputation sulfureuse de l'oeuvre forge la célébrité de son auteur. Les critiques s'emparent du roman pour en faire le champion du réalisme, qui s' impose sur les cendres du romantisme. L'auteur se défend contre cette assimilation à la nouvelle école en faisant prévaloir encore et toujours son amour de l'art pour l'art, son souci obsessionnel du style et sa quête d'une poétique impersonnelle qui fait entrer le roman dans la modernité.
    Ce récit corrosif de la vie de province marque l'invention d'une nouvelle façon d'écrire et de représenter le monde, subversive sans en avoir l'air, qui fait d'Emma Bovary l'incarnation d'une protestation contre la banalité du réel.
    Dossier 1. La genèse de l'oeuvre 2. Histoire et politique 3. Le roman impersonnel 4. Le procès et la réception du roman

  • Paru en 1762, le Contrat social, en affirmant le principe de souverainetĂ© du peuple, a constituĂ© un tournant dĂ©cisif pour la modernitĂ© et s'est imposĂ© comme un des textes majeurs de la philosophie politique.
    Il a aussi acquis le statut de monument, plus célèbre que connu, plus révéré - ou honni - qu'interrogé. Retrouver, dans les formules fameuses et les pages d'anthologie, le mouvement de la réflexion et les questions vives qui nourrissent une oeuvre beaucoup plus problématique qu'affirmative, c'est découvrir une pensée qui se tient au plus près des préoccupations d'aujourd'hui : comment intégrer les intérêts de tous dans la détermination de l'intérêt commun ? Comment lutter contre la pente de tout gouvernement à déposséder les citoyens de la souveraineté ? Comment former en chacun ce sentiment d'obligation sans lequel le lien social se défait ?

empty